UTILISATION ET SÉCURITÉ DU GAZ DOMESTIQUE : Les distributeurs désormais mieux outillés pour un meilleur rendement.

0
422

Ils ont suivi durant deux jours à Yaoundé, une session de formation certifiante, organisée par The Global LPG Partnership en collaboration avec le ministère camerounais de l’eau et de l’énergie. Les travaux étaient placés sous la présidence du secrétaire général du ministère de l’eau et de l’énergie, Adolphe Njouke Tome.

Cette formation visait à améliorer leurs connaissances dans le métier de distributeur de gaz domestique. Manetsa Claire Rita et Elie Blaise sont deux distributeurs de gaz domestique basés dans la ville de Yaoundé. Ces derniers exercent le métier depuis plusieurs années. Et pourtant, bien qu’ayant de l’expérience pour les ventes, ils reconnaissent jusqu’ici n’avoir pas toujours pensé à la sécurité, à l’éducation ou encore à la sensibilisation du consommateur.

«  Avant, on avait des petits réflexes, genre, c’est le gaz, il ne doit pas être plein sinon, il va exploser. » reconnaît Manetsa Claire Rita, distributrice de gaz. À  en croire la commerçante, son reflexe serait dû à l’instinct de survie. Une réaction qui inquiète surtout lorsqu’on sait dans quelle circonstance certains vendeurs de gaz domestique rentrent dans ce secteur d’activité.

Pendant deux jours, ces distributeurs de gaz domestique des régions du Centre et du Sud ont fait un break avec des ventes pour mettre en pratique, les enseignements reçus lors de cette séance de rééducation.

Pour Elie Blaise, distributeur de gaz domestique, « cette formation nous a permis de nous édifier. Avant nous n’étions pas formés. Il y a beaucoup de choses que nous ne faisions pas à cause de notre ignorance. Aujourd’hui, ces notions viennent améliorer nos conditions. Nous allons désormais former les consommateurs pour l’utilisation du gaz domestique ».

Plusieurs thèmes portant sur les dispositifs à prendre pour assurer la sécurité du consommateur et celle du distributeur, l’apprentissage des méthodes de vente de gaz au Cameroun et les éléments de la rentabilité ont été développés au cours de ce séminaire organisé par le consultant international The Global LPC Partnership, en partenariat avec le ministère de l’eau et de l’énergie.

Claire Rita Manetsa, distributrice de gaz domestique au Cameroun restitue quelques connaissances emmagasinées lors de cette formation.

« Lorsque le gaz est compressé, la fissure où il y a eu la soudure se rompt et explose. On nous a fait comprendre qu’on doit mettre le gaz dans la bouteille à 85% du volume de la bouteille. Et aussi les méthodes de précaution pour éviter l’incendie. Vraiment cela nous a galvanisé. Plusieurs techniques nous ont été enseignées. On met l’eau savonneuse pour connaître s’il y a fuite. On verse ce liquide savonneux sur le robinet. S’il y a des bulles, cela veut dire que la bouteille a des fuites. » 

Le consommateur peut désormais comprendre pourquoi, la bouteille de gaz domestique n’est pas toujours pleine. Selon les enseignements fournis, cela se fait pour garantir la sécurité du consommateur.

À titre de rappel, le gaz domestique encore appelé Butane commercial est constitué d’au moins 80% de Butane pur et environ 15% de propane et d’autres hydrocarbures. À cet effet, pour faire la cuisine dans les ménages, c’est le butane qui est utilisé. Par contre le four industriel exige le propane commercial (lui aussi constitué de 90% de propane pur, 10% de butane et d’autres produits associés.

Le consultant international The Global LPG Partnership poursuivra dans les prochains jours ces sessions de formation à l’intention des distributeurs de bouteilles de gaz domestique des régions du septentrion et du Littoral.

Source : Afrikinfo.net

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.