UNIVERSITÉ DE DSCHANG : LE NOUVEAU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION EN FONCTION.

0
434

LE PROF. PAUL CÉLESTIN  NDEMBIYEMBE A ÉTÉ INSTALLÉ DANS SES NOUVELLES FONCTIONS PAR LE PROF. JACQUES FAME DONGO, MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR LE MERCREDI 24 JUILLET 2019 AU CAMPUS A DE L’UNIVERSITÉ DE DSCHANG.

Concertation permanente, équité, probité dans la gestion des ressources humaines, financières, matérielles, foncières et logistiques et quête permanente de l’excellence académique, heuristique, managériale et infrastructurelle constituent l’essentiel du chantier qui attend le Prof. Paul Célestin Ndembiyembe dans son rôle de manageur universitaire à Dschang selon les déclarations du chancelier des ordres académiques. On peut donc comprendre que c’est par ces cadres normatifs de la gouvernance universitaire que le nouveau président du conseil d’administration (PCA) de l’université de Dschang (Uds) pourra écrire son nom en lettre d’or dans l’histoire de cette institution de formation académique. Cet établissement supérieur qui en cette année académique accueille près de 30 mille étudiants sur ses différents campus installés dans huit des 10 régions du Cameroun et donc le Prof. Sammy Beban Chumbow a contribué en sa manière à l’amélioration des performances de cette institution tant au niveau national qu’international.  

UN PARCOURS ACADÉMIQUE, PROFESSIONNEL, ADMINISTRATIF ET POLITIQUE SALUÉ.  

Le nouveau PCA de l’UDS est né le 24 septembre 1952 à Ekondj, dans le Mbam-etInoubou, région du Centre. Après ses études primaire et secondaire sanctionnées par un baccalauréat latin et langue en 1972, il intègre la même année l’école internationale supérieure de journalisme de Yaoundé par voie de concours d’où il sort avec son diplôme en 1975. Paul Célestin Ndembiyembe débute dès alors sa carrière professionnelle au sein de la société des presses et d’éditions du Cameroun (SOPECAM). Il poursuit parallèlement ses études universitaires qui sont sanctionnées par le doctorat de 3ème cycle en science de l’information et de la communication de l’université de Paris II en 1977. Et il obtient un doctorat d’Etat en sociologie politique à l’université de Yaoundé I en 2005 sous la direction du Prof. Jacques Fame Dongo.

À partir de 1985, il mène une double carrière professionnelle de journaliste à SOPECAM et d’enseignant à l’université de Yaoundé 2. Paul Célestin Ndembiyembe occupe d’importantes fonctions parmi lesquelles à la SOPECAM, chef de bureau de sport, chef des services de la rédaction de langues françaises, directeur des rédactions de ‘’CameroonTribune’’, directeur général adjoint de la SOPECAM de 1993 à 1999. À l’université de Yaoundé II, il fut coordonateur de l’unité de formation doctorale des sciences et techniques de l’information et de la communication, et chef de département de presse écrite à l’ESSTIC. Paul Célestin Ndembiyembe, est membre titulaire du comité central du RDPC. Ancien député et ancien secrétaire de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée Nationale (2002-2007). Il est secrétaire à la formation politique et à la prospective du RDPC, par ailleurs conseiller auprès du secrétaire général du comité central de ce parti. Au plan traditionnel, il est chef de 3ème degré d’Ekondj.

« Votre réussite à la tête de l’université ne sera effective que si vous inscrivez votre action dans les cadres de références qui ont fait leur preuve au sein de l’administration universitaire. Ces cadres normatifs s’articulent autour du triptyque suivant : d’abord la concertation permanente, ensuite l’équité, la probité dans la gestion des ressources humaines, financières, matérielles, foncières et logistiques. Et enfin, la quête permanente de l’excellence académique, heuristique, managériale et infrastructurelle. Le principe de concertation permanente suppose la mise en œuvre des mécanismes d’écoute, de persuasion, de travail en équipe, de dialogue social et d’inclusion de toutes les composantes de la vie de l’université de Dschang. Ce principe exclut donc du champ de la gouvernance universitaire à la fois des démarches totalitaristes et des approches solitaires à éviter. L’équité quant à elle implique la volonté de comprendre. Il faut donc prendre ensemble l’ensemble des collaborateurs et les personnels. Dans l’optique de donner à chacun selon qu’il a besoin, en fonction des moyens qui sont disponibles car il faut éviter la démagogie pour rendement optimal pour un épanouissement social et professionnel de chacun dans son poste de travail. L’administration étant devenue désormais une administration de rendement et de développement. L’absence d’équité est source de frustration et de désintérêt de certains par rapport à la marche de l’organisation. Ce qui, en définitive  pourrait créer un climat de travail peu propice à la performance à l’ère du budget programme et de la gestion axée sur les résultats. Lgestion des ressources matérielles, humaines, foncières mise à la disposition de l’université de Dschang pour l’accomplissement de ses missions doit se faire dans le strict respect des prescriptions éthiques légales et réglementaires qui constituent les piliers de l’efficacité du bon manageur. La quête de l’excellence étant inscrite dans l’ADN de l’université. En ma qualité de chancelier des ordres académiques, j’attends de vous en plus de votre compétence, unanimement reconnue, fidélité aux institutions de la République et à celui qui les incarne. Loyauté et engagement pour la cause de l’enseignement supérieur et proactivité multidimensionnelle. Autant d’exigences auxquelles vous êtes fort sensibles et avec lesquelles, je le sais vous êtes à l’aise. Soyez assurer que vous trouverez toujours auprès de la tutelle une oreille attentive pour vous écouter et vous accompagner dans l’accomplissement de vos hautes et délicates missions. En retour, sachez vous aussi accompagner, encadrer et orienter avec sagacité et perspicacité le recteur de l’université de Dschang qui abat un travail remarquable et que je félicite. Vous le ferez donc en bon tandem afin de faire de cette université une institution toujours flamboyante, lumineuse voire luminescente. Le gouverneur de la région de l’Ouest est également là. Il doit pouvoir être consulté régulièrement avec l’ensemble de son équipe. Et surtout Prof. Paul Célestin Ndembiyembe, sachez que le chef de l’Etat tient à la paix dans les universités. Il a pour la paix les yeux de Chimène qui lui tiennent comme  la prunelle de ses yeux. Il sait qu’avec vous, et pour tous, vous préserverez cette paix », prescrit Jacques Fame Dongo.

Le Prof. Paul Célestin Ndembiyembe remplace à ce poste le Prof. Sammy Beban Chumbow (2014-2019) appelé aux mêmes fonctions à l’université de Bamenda par décret présidentiel du 11 juillet dernier portant nomination des responsables dans certaines universités d’Etat au Cameroun.

Armel Djiogue

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.