PUBLI : Municipales de 2020 à Yabassi : Jacques Maboula bien parti pour un autre mandat. Voici le bilan de l’exécutif municipal.

0
637

6 ANS AU SERVICE DES NKAMOIS ET DE LA RÉPUBLIQUE: NOTRE BILAN !

Par Jacques Maboula, Maire sortant de la commune de Yabassi.

Nkamois, Nkamoises, mes très chers concitoyens.

 Il y a six ans, vous m’avez confié la destinée de notre ville Yabassi. Permettez-moi de vous remercier pour cette estime, marque de sympathie et de confiance à laquelle je reste très sensible, et dire ma gratitude à tous ceux et celles qui, à mes côtés, ont partagé de lourdes responsabilités. Un grand merci aux conseillers municipaux, à tous les collaborateurs agents et cadres communaux, aux autorités administratives, traditionnelles, religieuses et tout particulièrement au président de la République et chef de l’Etat Paul Biya, ainsi qu’aux gouvernements successifs qui nous ont permis de réaliser certains projets majeurs de notre mandat.

A l’heure de dresser un bilan, je mesure que le maire n’est rien sans le soutien et la solidarité de tous. S’il m’était demandé de définir cet élan de solidarité, de soutien et de complicité, j’oserai répondre que c’est un engagement commun et fraternel pour l’amour de notre commune qui depuis des années, et nous le savons tous, ploie sous le poids d’une pauvreté exsangue. Dans mon combat quotidien pour y mettre un terme, certaines choses ont certainement été dites ou faites qui n’ont pas plu à tout le monde. Si j’ai pu froisser quelqu’un ou déplaire aux autres, ce fût par maladresse et je demande humblement pardon. La tolérance étant la charité de l’intelligence, je sais que je serai pardonné.

En 2013, lors de mon élection en tant que Maire pour porter les larmes, les cris de souffrances et la détresse des lésés de Yabassi et du Nkam aux yeux de la nation et du monde, j’ai lancé un slogan fédérateur pour tous les yabassiens : « DEBOUT YABASSI pour le combat du développement du Nkam ». Parce que je crois en une République de l’égalité des chances, je m’engageais ainsi à œuvrer pour notre département en général et Yabassi en particulier qui n’avaient pas reçu depuis plusieurs décennies ses quotes-parts de l’égalité des chances. Certainement du fait d’une centralisation opaque de l’investissement public réalisé qualitativement et quantitativement toujours au rabais, et quelques fois de manière fictive au détriment du Nkam et de la République. Nous nous sommes tus sur nos souffrances, nos calvaires et nos misères, aux yeux de la nation et du monde, pour assurer nos conforts de vie familiale et financiers au quotidien pendant que la grande majorité crevait en silence. Tel est le dur et triste constat que nous avons tous fait de la réalité de de notre terroir, avec en prime la terreur que l’on fait subir à tous ceux qui osent sortir du lot pour promouvoir une autre politique.

Conscient du handicap qu’est la centralisation excessive de l’investissement public, et de ses conséquences perceptibles sur la dégradation accélérée de nos terroirs, il était impératif pour notre exécutif municipal de conjuguer au lobbying intense des structures gouvernementales, un plaidoyer puissant et permanent pour rattraper notre grand retard infrastructurel et socio-économique par rapport aux autres départements du Cameroun. En effet, pour redonner espoir aux yabassiens et rétablir une confiance solide en la République, ses institutions et ceux qui l’incarnent au quotidien, nous avons dû batailler dur.

Ainsi, face aux enjeux que sont la paix et la stabilité durables, la prospérité nationale et l’unité de la République ; face aux nouveaux défis qui interpellent notre nation, il est évident que de nouveaux acteurs s’imposent plus que jamais dans notre terroir pour réaliser notre idéal, notre projet politique qui reste et demeure bâtir ensemble la plus belle municipalité agro-forestière d’Afrique centrale. Pour y parvenir il est impératif de mettre un terme au centralisme opaque à l’origine de notre infortune collective, car, Yabassi et le Nkam en général est le produit d’une mal gouvernance l’ayant sacrifié sur l’autel de la cupidité, de l’opportunisme et de l’affairisme public. Comment expliquer en effet que de nombreux projets issus des marchés publics ne soient pas exécutés à ce jour ? Où en est-on avec les travaux des axes Carrefour des huit routes-Manyongo-Dibombè, Njock Nkake-nouveau site de l’ISH, Carrefour des huit routes- Ndogmissambè… ? Que sont devenus ces nombreux projets à gestion centrale disparus sans aucune réalisation perceptible ? Vous comprenez pourquoi notre première bataille se devait d’être le montage des projets pour notre terroir, et plaidoyer, jours et nuits, auprès du gouvernement et du président de la République pour réparer ces injustices à l’endroit de nos populations.

D’une manière générale, le conseil municipal a approuvé un programme d’activités reconduit tous les ans et basé sur des axes de développement économique et socioculturel : promotion de l’agriculture pour assurer un revenu décent aux paysans, habitat et aménagement du territoire, eau et énergie, santé, infrastructures, tourisme, sport et loisirs, culture, éducation, protection du patrimoine foncier. Autant dire que tout n’a pas été simple.

Néanmoins, Permettez-moi de vous citer les activités qui m’ont tenu à cœur durant ces 6 années, puisque par la grâce de Dieu et la volonté des hommes, nous avons monté de nombreux projets et fait le plaidoyer du désenclavement routier de Yabassi et du Nkam qui nous a permis de réaliser ensemble les projets majeurs suivants: le bitumage en cours de la route Douala-Bonepoupa-Yabassi ; la forêt communale de Yabassi en phase de démarrage de l’exploitation ; l’acquisition d’un lotissement communal et la conception de la cité municipale de l’émergence ; la réhabilitation de l’éclairage public et son renforcement par le solaire dans le centre-ville, quartier Banya, Ndogbélé et Solle ; la station solaires de Lamba, Ndokati, Mbonjo, et bientôt Ndogbanguengue, Mutimbelembe et Bonepéa ; l’électrification rurale des villages Ndokama, Bebondo, Ndogpo et Ndokati ; la réhabilitation et la construction de nombreux forages ; la réhabilitation et la construction des salles de classe ; la réhabilitation, la construction et l’équipement de plusieurs centres de santé ; l’ouverture de plusieurs routes et sites, l’entretien routier et la constructions des ouvrages d’art dont le pont sur les rivières Lamba, Dimbaha, Njenga et Mahè en cours ; la construction des monuments ; la construction des bancs publics, des aires de jeux et de loisirs.

En outre, une déterminante et significative délibération portant création d’une coopérative d’utilisation du matériel agricole (C.U.M.A) et d’une provenderie pour la nutrition animale ; un financement MINEE disponible pour la construction d’un champ solaire de 50 ha par la société Transatlantique et la construction des mini barrages électriques sur les rivières Mbende et Solle par la société Bantou Energy ; l’extension du réseau d’eau et accroissement de la capacité d’eau de la ville de Yabassi par la CAMWATER et la société chinoise CGCOC ; l’organisation du tournoi des 8 cantons sous le parrainage de son excellence Albert Roger Milla, ainsi que de nombreuses aides sociales aux populations vulnérables et déshérités du Nkam. Qu’il me soit également permis en clôturant ce chapitre de citer le règlement intégral de la facture de la dette de construction de l’hôtel de ville de Yabassi avec les félicitations du FEICOM.

Je ne vais pas davantage m’étaler sur les projets réalisés, mais je suis convaincu que vous êtes d’accord avec moi pour dire que nous nous devrions d’être proactifs en fonction de l’évolution de la situation économique de notre pays, ceci dans le but de défendre les intérêts de notre ville. J’avoue cependant que durant ces 6 années, la commune a toujours rencontré des difficultés tant au niveau interne qu’externe. Sur le plan interne, des soucis de trésorerie ont toujours eu lieu, auxquels il faut ajouter un climat de travail parfois toxique du fait de l’ingérence d’adversaires politiques. Sur le plan externe, malgré les travaux de lobbying opérés, pour obtenir plus de projets pour notre commune, la situation économique et sécuritaire du pays a été un grand obstacle. Nous terminons cette mission avec, à titre personnel, plus de deux ans d’arriérés de salaires et des indemnités dues.

Pour terminer, je voudrais mentionner combien j’ai apprécié l’esprit que les membres du conseil municipal ont démontré au cours de mon mandat et j’ajouterai que mon passage à la mairie en tant que Maire a été pour moi l’une des plus belles et enrichissantes expériences de ma vie. Au moment de remettre mon tablier, plusieurs sentiments m’animent. D’abord le sentiment du devoir accompli. Sans fausse modestie, il est juste de dire que mon mandat est certainement le plus prolifique de ces 20 dernières années. Ensuite, le sentiment que lorsqu’on commence un travail, il faut du temps pour le terminer. On a enclenché beaucoup de grands projets, c’est une chose, les mener à bien c’en est une autre. C’est donc cette volonté d’aller au bout du travail qui m’a déterminé à être de nouveau candidat d’une république réelle, candidat du progrès technique et de l’innovation vers la modernité de Yabassi et du Nkam. Sans réformes institutionnelles et managériales de l’Etat, on ne transforme pas une ville en un seul mandat, d’où l’urgence de l’application des principales recommandations issues du Grand Dialogue National.

Si elles sont effectivement mises en œuvre avant les prochaines élections locales, nous gagnerons en efficacité, en temps et en énergie, sans compter la confiance en la République qui sera retrouvée. Ce préalable de la validation des recommandations du Grand Dialogue National permettra également de pacifier durablement notre pays, de ressusciter et d’illuminer nos terroirs en rendant prospère le Cameroun.

Pour le reste, je sais pouvoir compter sur vous pour continuer et achever la grande œuvre commencée en 2013, afin que vive Yabassi notre ville, le Nkam notre département et le Cameroun notre cher et beau pays.

Que triomphe donc la République industrielle, solidaire, agréable, confortable, juste et impartiale pour tous et partout, maintenant !

Vive la République unie et indivisible.

A très bientôt.
Tout le monde debout, le combat continue !

Rejoignez-nous maintenant Whatsapp 00237668575498, Jacques Maboula Mboya, Maire de Yabassi, Président de l’Alliance Républicaine : Liberté-Dignité-Patriotisme

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.