Padi-Dja : Le gouvernement contre l’exclusion sociale des populations impactées.

0
113

Un mémorandum d’entente y relatif a été signé conjointement le 05 novembre 2019 à Yaoundé, par la ministre des affaires sociales, Pauline Irène Nguéné et le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire, Alamine Ousmane Mey.

Ce mémorandum d’entente vise l’accompagnement social et économique des populations riveraines, des populations autochtones vulnérables, des populations socialement vulnérables et à la gestion des impacts sociaux du Padi-Dja- le programme d’aménagement et de développement intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente. Sa mise en œuvre donnera l’opportunité au gouvernement de capitaliser l’ingénierie du ministère des affaires sociales, afin de limiter au maximum les impacts négatifs sur les populations riveraines des activités à développer ; de permettre au Padi-Dja d’optimiser l’insertion socio-économique des populations concernées, dans le cadre du déploiement de ses missions ; et enfin de travailler en étroite collaboration avec les partenaires au développement , qui apportent des appuis multiformes à l’amélioration des conditions  de vie des populations de la zone.

La signature de ce document marque la détermination du gouvernement à œuvrer de façon efficace, pour un développement durable inclusif, qui place l’homme au cœur de toutes les préoccupations, en garantissant son épanouissement et celui des générations futures avec en ligne de mire l’atteinte des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Le programme d’aménagement et de développement intégré de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente a été créé le 26 décembre 2014 par décret du premier ministre, dans le cadre de la future exploitation du gisement de fer de Mbalam et des autres projets miniers structurants. Implanté dans les régions du Sud et de l’Est, Il a pour objectifs d’améliorer les conditions de vie des populations ; de promouvoir les échanges transfrontaliers et d’aménager et de construire des infrastructures socio-économique et d’appui institutionnel.

La zone d’intervention du Padi-Dja est un vaste espace à écologie sensible et fragile dans lequel sont implantés plusieurs parcs et réserves classés les plus importants du Cameroun, voire du monde. On y retrouve en outre des populations autochtones vulnérables, en l’occurrence les pygmées Baka et les populations socialement vulnérables à l’instar des femmes et des jeunes.

Demetrio WOUASSOM

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.