FECAFOOT : LE FLOU PERSISTE ET SIGNE À LA LIGUE RÉGIONALE DE L’OUEST.

Entre communiqués parallèles, dénonciations, révendications et invectives, c'est le bazar dans le bureau installé en Novembre par Maurice BELLET EDIMO. Charles TCHATCHOUANG en sa qualité d’arbitre conciliateur de la CCA (chambre de conciliation et d’arbitrage) du CNOSC (Comité National Olympique et Sportif du Cameroun) vient d’adresser une correspondance datée du 10 janvier 2018 au président de ladite chambre avec pour objet son retrait d’une collégialité et la recomposition d’un collège arbitral.

0
744

Entre communiqués parallèles, dénonciations, révendications et invectives, c’est le bazar dans le bureau installé en Novembre par Maurice BELLET EDIMO. Charles TCHATCHOUANG en sa qualité d’arbitre conciliateur de la CCA (chambre de conciliation et d’arbitrage) du CNOSC (Comité National Olympique et Sportif du Cameroun) vient d’adresser une correspondance datée du 10 janvier 2018 au président de ladite chambre avec pour objet son retrait d’une collégialité et la recomposition d’un collège arbitral.

Dans ladite correspondance, l’auteur s’insurge contre la gestion par le collège arbitral désigné dans l’affaire associations des clubs de football contre FECAFOOT (Fédération Camerounaise de Football) et TOMBI À Roko Sidiki et consorts et l’affaire ligue régionale de l’Ouest contre FECAFOOT. Monsieur TCHATCHOUANG relève que dans le premier dossier, le conseil de Tombi À Roko Sidiki et consorts a formulé une demande de récusation des membres de la collégialité et la requête n’a pas prospéré. Il déplore également la prise de position des deux autres membres de la collégialité dans chacun des deux dossiers avant l’audience au cours de laquelle les deux affaires ont été appelées. La correspondance précise que monsieur DIKOUME et le président lui avait donné l’impression au départ qu’il faille vaille que vaille faire droit à la requête de la ligue régionale de football de l’Ouest d’une part, et dans l’autre procédure, substituer les organes disciplinaires de la FECAFOOT par la chambre en infligeant des sanctions aux 17 membres mis en causes. Des raisons évoquées par son auteur pour justifier son retrait de ladite collégialité dont l’objectivité et l’impartialité des membres sont d’après lui remises en cause.

Charles TCHATCOUANG suggère compte tenu (mentionne-t-il) des soupçons de compromissions évoqués dans la correspondance, qu’un nouveau collège arbitral soit désigné avec l’exclusion de monsieur DIKOUME et du président.

CONTEXTE DANS LEQUEL LA CORRESPONDANCE SUS ÉVOQUÉE EST ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA CCA DU CNOSC.

Le 10 janvier 2018,le président du CNOSC, Hamad KALKABA MALBOUM signe la décision n-0007/CNOSC/P/SG/18 portant nomination du président de la CCA pour l’Olympiade 2017-2020. Le Professeur Joseph Marie BIPOUN WOUM est à cet effet nommé et chargé à ce titre selon l’article 1, de proposer au président du CNOSC pour normalisation, une liste de 10 conciliateurs et de 10 arbitres devant constituer le collège des conciliateurs et des arbitres de la CCA. L’article 2 de ladite décision stipule que toute affaire pendante auprès de la chambre de conciliation et d’arbitrage est suspendue à compter de la date de signature de la présente décision, jusqu’à l’installation des nouveaux responsables de ladite institution.

BAZAR À LA LIGUE RÉGIONALE DE L’OUEST (LRO).

Le 5 janvier 2018, Joseph FEUTCHEU, le président de la ligue régionale de l’Ouest procède à l’installation des membres de certaines commissions permanentes et ad hoc nommés par lui le 02 janvier 2018. M. SUKAM TCHADJUI Pierre est ainsi porté à la tête de la commission des arbitres. Un changement qualifié « d’attaquant » selon les observateurs de la scène sportive de l’Ouest. Signalons que le lendemain de cette nomination, le secrétaire général de la ligue régionale du football de l’Ouest dans un communiqué Radio presse condamnait ladite décision et soulignait qu’elle est dénuée de tout fondement et par conséquent est nulle et de nul effet. Philippe FODJO TABOPDA justifie sa sortie par le statut des ligues régionales, départementales et d’arrondissements et de la lettre n-208/FCF/PCN/2017 du 23 novembre 2017, du président du comité de normalisation. Toujours dans le même communiqué, il invitait les acteurs nommés à attendre les résolutions du conseil extraordinaire des 2/3 des membres convoqués pour le 06 janvier 2018.

Le 06 janvier 2018, le secrétaire général de la LRO par ailleurs ancien président de la LRO joint par téléphone nous apprend que la rencontre sus évoquée se tiendra à huis clos par conséquent, la presse sera conviée à une rencontre pour la restitution des résolutions mais le lundi via le canal des réseaux sociaux nous entrons en possession des clauses de ladite assise.

La première appelle Joseph FEUTCHEU à respecter l’esprit de la lettre du courrier n-208/FCF/PCN/2017 du 23 novembre 2017 du président du comité de normalisation. L’alinéa 1 de la deuxième résolution demande que soit appliqué à monsieur FEUTCHEU et compagnie l’article 2 alinéa 1 et 2 (de la subordination) du statut spécial des ligues régionales, départementales et d’arrondissements adopté le 27 mai 2019. L’alinéa 2 de la même résolution les invite à sursoir à la mise à disposition du budget de la ligue régionale de 2018 jusqu’à la justification de la dépense de 1.800.000 FCFA par Michel WAMBA et Jean Samuel FUTSE. Une somme indique ledit conseil représentant les affiliations et frais des licences des équipes pendant la période de transition (novembre 2011 au 02 février 2012) qui reste débiteur dans le livre comptable de la ligue régionale de l’Ouest. Des résolutions co-signées par l’honorable WEMBE Samuel, le président de séance par ailleurs doyen d’âge et Philippe FODJO TABOPDA le rapporteur de séance et secrétaire général de la ligue régionale de football de l’Ouest.

Joint par téléphone pour avoir sa version des faits au sujet de la justification de la dépense qui le met en cause, Michel WAMBA interroge la qualité du conseil, interroge le statut de Philipe FODJO TABOPDA et ironise sur la moralité des participants. Une attitude qui traduit à suffisance le désordre qui sévit à la ligue régionale de l’Ouest, où deux clans sont désormais créés: l’un proche de Joseph FEUTCHEU et l’autre pro Philippe FODJO TABOPDA.

Depuis l’installation du nouveau bureau, Philippe FODJO TABOPDA ne travaille plus dans son bureau situé au siège de la ligue régionale de l’Ouest. Selon ses propos : « la ligue régionale de l’Ouest avait un gardien de nuit payé par la FECAFOOT mais après l’arrivé de Joseph FEUTCHEU, il m’a appelé un jour pour m’informer que certaines personnes lui ont arraché les clés du siège. J’ai signalé à la fédération et ils ont pris acte. Je n’irai pas dans cette ligue tant que les gardiens de FEUTCHEU sont là. La ligue régionale est une institution et non la maison de qui que ce soit. Quelques éléments entre autres qui m’ont poussé à éviter de me rapprocher depuis lors du siège ».

Toujours dans notre entretien téléphonique, le secrétaire général de la ligue précise qu’il ne saurait se soumettre aux décisions de monsieur FEUTCHEU qui reste jusqu’ici souligne-t-il, vice-président et donc en l’absence d’un président, aucune activité sérieuse ne se tiendrait en ce moment à la LRO : « En dehors du sport, j’ai d’abord ma profession et si je reste dans les statuts et les textes, on ne fait rien à la ligue maintenant. Tout ce que font les gens, c’est pour bouffer l’argent du 1er vice-président pour rien. Je travaille en collaboration avec la FECAFOOT par le billais de mon mail. La normalisation est venue nous réhabiliter le 4 novembre 2017 et le 11 novembre, 7 jours après, ils se sont rassemblés entre amis et délégués fictifs pour dire qu’ils m’ont radié et je vous dis que dans ces conditions je ne veux pas fonctionner avec un monsieur comme ça ».

LE JEU TROUBLE DE LA FECAFOOT OU DU COMITÉ DE NORMALISATION ?

Pour répondre à cette question, il convient de revenir sur la genèse du problème de la ligue régionale de l’Ouest et quelques actes posés par le comité de normalisation depuis lors.

Quelques jours après l’assemblée au cours de laquelle le clan FEUTCHEU a voté pour la radiation à vie de toute activité liée au football le sieur TABOPDA et Jean D’Arc TAGNE, le 17 novembre précisément, le comité de normalisation dans une circulaire rejette la décision de suspension issue de l’assemblée générale tenue dans les services du gouverneur le 11 novembre et invite les organes rétablis à s’abstenir de modifier pour quelque motif que ce soit, leur composition. La récente décision datée du 11 janvier 2018 portant signature du président régional de l’ACAF Ouest dit suspendre provisoirement de toutes activités liées au football pour des raisons indique-t-elle, de violation grave et répétée des textes, 15 arbitres en retraite et en activité parmi lesquels le président de la commission des arbitres récemment nommé par le premier vice-président de la LRO. Toutefois, aucune décision n’est prise pour sanctionner l’un ou l’autre. Les invectives se multiplient entre les deux camps, communiqués, nominations, désapprobations et dénonciations suivent leur cour sans actions concrètes.

Autre fait, la requête du 11 novembre 2017 du collectif des membres du bureau de l’exécutif de la ligue régionale de l’Ouest de 2009 jusqu’ici sans suite (et pour longtemps si l’on se réfère à la décision du président du CNOSC datée du 10 janvier 2018). Une correspondance dans laquelle les responsables dénoncent certaines manœuvres de l’ancien SG Tombi À Rocco Sidiki pour évincer certains membres élus en 2009. Une « machination » selon ledit collectif ayant permis de « parachuter » certaines personnes dans le bureau exécutif notamment, Joseph FEUTCHEU comme président, Philippe FODJO TABOPDA (secrétaire général) et Emmanuel TAGNE (chef de département financier). La correspondance donne également les raisons pour lesquelles ceux-ci n’ont pas pris part à l’assemblée générale de 2009 contrairement à Pierre SUKAM TCHADUI représentant de l’ACAF/Ouest, membre de l’assemblée générale et du conseil régional issus des élections 2009.
.
LECTURE DE QUELQUES PASSAGES A POLÉMIQUES DES TEXTES DE LA FECAFOOT ET MISSIONS DES BUREAUX RÉGIONAUX ET DÉPARTEMENTAUX

La décision n-10(a) /FCFC/PCN/2017 du 04 novembre 2017 indique que le comité de normalisation de la FECAFOOT a rétablit dans leurs fonctions les membres des assemblées des ligues régionales et départementales ainsi que ceux des conseils et bureaux des ligues régionales et départementales élus dans le cadre du processus électoral de 2009. La circulaire n-003/FCF/PCN/17 précise que les bureaux régionaux et départementaux n’auront aucun rôle à jouer dans le cadre de la révision des textes et du processus électoral en cours. Leur mission, qui dure le temps de la période de normalisation se limitera à la gestion des affaires courantes de leurs ligues respectives.
Dans le cadre de La gestion des finances, le retrait des fonds alloués par la FECAFOOT à une ligue régionale ou départementale devra s’effectuer quel que soit le montant contre deux signatures à savoir, celles du président de la ligue et du département financier de la ligue concernée. D’après les articles 20 et 28 du statut spécial des ligues régionales, départementales et d’arrondissements les secrétaires régionaux et départementaux sont chargés de gérer les personnels d’exécution des ligues régionales et départementales. Les personnels exécutifs des ligues régionales et départementales placés sous le contrôle et l’autorité des bureaux régionaux et départementaux sont les agents administratifs recrutés par la FECAFOOT.

Face à ces textes et faits des acteurs de la région de l’Ouest, on est tenté de se poser la question de savoir à qui profiterait ce rififi observé à la ligue régionale. La réponse certainement au terme de ce feuilleton dont le nombre d’épisodes reste connu uniquement de l’auteur ou des auteurs compositeurs de ce film.

Flore KAMGA KENGNE

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.