Développement de la filière bambou et rotin : Inbar renforce sa présence en Afrique.

0
339

Le siège régional Afrique centrale d’Inbar- l’organisation internationale pour le bambou et le rotin a été inauguré le vendredi 6 décembre 2019 à Yaoundé, une semaine seulement après son attribution lors des assises de Beijing.

Situé au quartier Bastos à Yaoundé- Cameroun, le siège régional Afrique centrale d’Inbar comprend une salle de conférences et plusieurs bureaux placés sous la responsabilité du directeur régional, René Kaam. L’objectif est de renforcer la présence d’Inbar en Afrique centrale qui regorge un potentiel notamment le bassin du Congo et accompagner ces pays qui disposent déjà de la forêt, et qui sont confrontés aux problèmes de création d’emplois de même que des problèmes de dégradation de la forêt. Avec le bambou et le rotin, il sera question d’appuyer le développement et d’accroître l’impact des activités sur le quotidien des populations notamment les petits exploitants des pays membres.

Les opportunités qu’offrent le bambou et le rotin.

Classés parmi les produits forestiers non ligneux, le bambou et le rotin ont un énorme potentiel économique et environnemental. Ils favorisent la création d’emplois , la construction des maisons, la fabrication des meubles, des produits de haute technologie tels que la pulpe de papier… C’est un matériau qui permet d’adresser toutes les chaînes de valeurs. Sur le plan environnemental, le bambou a l’avantage qu’il pousse très vite et peut atteindre sa maturité au bout de 3 à 4 ans. Plus compétitif que le bois, le bambou dispose d’une grande capacité de séquestration de carbone. 

La cérémonie d’inauguration de ce siège a connu la participation des membres du gouvernement au rang desquels Lejeune Mbella Mbella des relations extérieures, Gabriel Mbairobe de l’agriculture, Jules Doret Ndongo des forêts et de la faune accompagné de sa secrétaire d’Etat Koulsoumi Alhadji, de l’ambassadeur de la république populaire de Chine et du directeur général adjoint d’Inbar.

C’est lors de la 11ième session des  travaux du conseil d’Inbar tenus le 29 novembre dernier à Beijing, que le Cameroun a été choisi pour abriter le siège régional et de surcroît a été porté à la présidence du conseil pour les 2 prochaines années. Le président de la république Paul Biya avait signé en marge du sommet Chine – Afrique, un accord-cadre avec l’organisation qui a conduit à ce choix. En prime, la confirmation de la tenue en 2021 au Cameroun des assises du conseil d’Inbar après les rencontres de 2017 à Yaoundé au Mont-fébé hôtel.  Il faut saluer la parfaite collaboration gouvernementale qui a diligenté ce dossier qui s’achève par l’ouverture de ce bureau régional .

Présentation de l’Inbar

Le siège international de l’Inbar se trouve à Pékin en Chine. L’organisation a des bureaux régionaux pour l’Asie du Sud à New Dehli en Inde, l’Afrique de l’Est à Addis-Abeba en Ethiopie, l’Afrique de l’Ouest à Koumassi au Ghana, l’Amérique latine et les Caraïbes à Quito en Equateur et maintenant à Yaoundé au Cameroun.

L’Inbar est placée sous la conduite d’une équipe de direction qui comprend le directeur général, le directeur général adjoint, le trésorier et les directeurs de la communication et de l’extension, de l’adhésion et des programmes. L’adhésion à l’Inbar est ouverte à tous les États membres des Nations Unies ainsi qu’aux organisations intergouvernementales. L’Inbar compte actuellement plus d’une quarantaine de pays membres. L’organe suprême est le Conseil des représentants des pays membres qui se réunit tous les deux ans. Le conseil d’administration est le deuxième niveau de gouvernance et élabore des politiques appropriées, supervise la gestion et garantit l’efficacité des opérations lors de ses réunions annuelles. Le directeur général est membre du conseil d’administration et est responsable de la gestion quotidienne de l’organisation.

Clément NOUMSI

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.