Coopération Cameroun – ONUDI : Énergies renouvelables : solution pour résorber le déficit énergétique en zones rurales.

0
266

Pour ce faire, L’ONUDI apporte son assistance technique au développement de ce secteur au Cameroun. C’était à la faveur d’un atelier organisé la semaine dernière à Yaoundé. 

« Promouvoir la petite centrale hydroélectrique pour un développement inclusif et durable » était le fil conducteur des travaux placés sous la conduite du ministère camerounais de l’eau et de l’énergie. Il était question pour l’organisation des nations unies pour le développement industriel, de renforcer les capacités d’une dizaine de cadres camerounais du secteur de l’énergie électrique et de la société civile, en vue d’identifier et de numériser les sites potentiels de petites centrales hydroélectriques dans notre pays. L’opération vise à favoriser l’accès aux informations sur les sites des petites centrales hydroélectriques d’une part, et l’électrification des zones rurales en énergies renouvelables en exploitant les petites centrales hydroélectriques et le soleil d’autre part.

La cartographie des sites potentiels de petites centrales hydroélectriques sur le système d’information géographique au Cameroun, est un facteur qui contribue à l’amélioration du secteur hydroélectrique.Les informations y relatives peuvent être utilisées  comme outils dans les processus de résolution des  problèmes et de prise de décisions, ainsi que pour la visualisation des données dans un environnement spatial. Les données spatiales peuvent être analysées pour déterminer l’emplacement des entités et les relations avec d’autres entités ; la densité des entités dans un espace donné ; et l’existence des caractéristiques … Le SIG- le système d’information géographique présente le nom du fleuve, la région, le nom du lieu et la capacité estimée de puissance que ledit fleuve peut  générer. Actuellement l’ONUDI- L’organisation des nations unies pour le développement industriel mène les études de faisabilité sur les rivières Mouankeu et Dibombé situés respectivement dans les villes de Bafang et Manjo. Ces sites pourront produire une capacité énergétique de près de 6 méga watt, une plus-value dans le réseau électrique du Cameroun. Une opération qui contribuera à réduire le déficit énergétique dans notre pays.

Ces études sont menées dans un contexte où le Cameroun connaît un déficit énergétique, bien que très riche en potentiel hydroélectrique mal exploité ou ignoré. Notre pays dispose de près de 250 sites disséminés sur l’ensemble du territoire national et au moins un département est traversé par un fleuve.

C’est dans la perspective de la réalisation de ses objectifs incluant le développement industriel, inclusif et durable, que l’ONUDI procède au transfert de technologie et de  compétences dans plusieurs domaines, et celui de l’énergie en particulier dont bénéficie le Cameroun.Elle met en œuvre ce projet sur  les énergies renouvelables  intitulé « promouvoir la biomasse intégrée et des petites hydro solutions à des fins productives au Cameroun » avec deux sites hydroélectriques et deux biomasses. Le projet qui se concentre sur l’élimination  des obstacles à travers la démonstration de mini-réseau à base de biomasse et de petites centrales hydroélectriques à des fins productives d’électricités dans les zones rurales,  est appuyé par le FEM- le fonds pour l’environnement mondial.

L’organisation des nations unies pour le développement industriel précise que la petite centrale hydroélectrique est l’une des solutions énergétiques les plus appropriées  pour favoriser un développement industriel inclusif et durable au Cameroun.

Demetrio Wouassom

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.