CAMPAGNE ÉLECTORALE DU 09 FÉVRIER PROCHAIN : BOYCOTTEURS ET PARTICIPANTS S’ACTIVENT À BAFOUSSAM!

0
341

L’APPEL À L’ABSTENTION DONNE UNE AUTRE COLORATION À LA CAMPAGNE.

Il est 10h à la maison du parti de Bafoussam le samedi 25 janvier 2020, le premier meeting départemental renseigne les présidents des sections et sous sections sur les stratégies à adopter pour convaincre les électeurs à voter les listes du RDPC. L’attention est plus portée sur la commune d’arrondissement de Bafoussam 2ème entre les mains du SDF depuis 1997:<< Nous allons nous lancer surtout à la conquête de la mairie de Bafoussam 2ème entre les mains de nos adversaires depuis longtemps! >>.

Dans la même lancée que le président de la commission permanente du RDPC dans la MIFI, le professeur NGUIHE KANTÉ Pascal va inviter ses camarades à tout mettre en œuvre pour laver l’affront de la présidentielle 2018: << Au delà du vote des conseillers municipaux, ce sera aussi l’occasion de reconnaître ce que fait le président Paul BIYA. Nous devons tirer les erreurs de notre passé. Il y’a des erreurs qu’on ne pourra jamais nous pardonner. Au soir du 09 février prochain ça ne sera plus une erreur, mais un crime si nous ne remportons pas les 2 sièges et les 3 mairies! >> Loin des meetings, la stratégie du porte à porte a été recommandée par les différents orateurs de circonstance pour  mieux convaincre l’électorat. 

Pour sa première sortie, la circonscription électorale du SDF dans l’arrondissement de Bafoussam 1er a choisi à travers son candidat à la mairie de Bafoussam 1er, de se concerter en interne pour communiquer sur son projet de société et rappeler les réalisations faites avant l’arrivée de l’actuel exécutif municipal. Un film y relatif a été présenté aux participants avant une descente sur le terrain pour convaincre les électeurs.  Pour Cyrille NGNANG, il doit reprendre la mairie de Bafoussam 1er pour poursuivre les actions qui ont été sabotées: << Tout s’est passé comme si l’exécutif actuel voulait tout faire pour détruire mes œuvres. Si la population m’accorde une seconde chance, ce serait pour parachever ce que nous avons si bien commencé ensemble >>.

LE BOYCOTT AU MENU DE LA CAMPAGNE

26 janvier date commémorative de l’interpellation de certains militants du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun ) suite à des marches dites blanches. Selon le porte-parole du leader Maurice KAMTO, il était question de saisir l’occasion pour lancer le boycott actif: << Nous avons dès le 25 novembre engagé des actions dans le cadre de ce que le parti a appelé le boycott du double scrutin prochain et l’appel à la non participation du double scrutin des Camerounais en s’adressant à leurs conscience. Qu’ils n’aient pas sur eux le sang de tous ceux qui meurent dans le NOSO. Qu’ils ne contribuent pas à apporter leur caution à la partition du pays. C’est un temps dans les activités du parti >>.

Alors que cette déclaration a été faite à la presse au terme de la remise des denrées de première nécessité aux sinistrés de NGOUACHE par Olivier BIBOU NISSACK, le cortège du président régional et ses militants va se déployer vers un hôtel de la place pour une conférence de presse. 200 mètres à peine, il est stoppé par 5 éléments de la police qui interrogent Maître TASSA pour en savoir plus sur l’objet de leur déploiement en tenue du parti. 30 minutes environ, le lieu du point de presse est investi par une dizaine d’éléments suivie quelques temps après du Sous-préfet de l’arrondissement de Bafoussam 1er Aboubakar Garba. Le chef terre visiblement dans tous ses états interdit la rencontre pour non déclaration de manifestation publique.

Rapproché, André TÉNÉ, le conférencier pressenti nous informe que le thème de cette conférence avait pour thème: << La non violence comme méthode de lutte politique >>. André TÉNÉ poursuit en déclarant qu’il était question de: << faire savoir à l’opinion que notre démarche tient du souci d’exprimer notre opinion sur le dénouement de cette élection sans user de violence envers nos concitoyens >>.

Il est 17 heures et nous voilà dans une buvette au carrefour Madelon. Très enthousiasmé, un monsieur, la quarantaine révolue crie au boycott actif. On se souvient également que quelques jours avant, dans une buvette au carrefour “TOBE” à Bandjoun, c’est une jeune dame qui se livrait au même exercice en appelant au boycott des élections du 09 février prochain.

S’il est vrai que l’abstention n’est pas une nouveauté au Cameroun, il est également vrai que l’appel à l’abstention est une nouveauté avec la sensibilisation initiée par les non participants mais surtout la communication faite autour du boycott par les participants. Selon un observateur de la scène politique, l’idéal pour les candidats seraient d’éviter toute communication ou question liée à celle-ci pour mieux conquérir les électeurs. 

Flore KAMGA KENGNE

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.