CAMEROUN : RUPTURE TOTALE DE LA NATIONALE N-° 5 : minimum 1 MOIS  ET DEMI POUR LA REPRISE DE LA CIRCULATION !

0
284

C’EST CE QUE LAISSENT  ENTENDRE LES EXPLICATIONS DE MBA ELIE, LE DÉLÉGUÉ RÉGIONAL DES TRAVAUX PUBLICS DE L’OUEST.

Deux jours après les mesures d’urgences prises par le délégué régional des travaux publics interdisant la circulation des véhicules supérieurs à 17 tonnes, l’incivisme de certains usagers a eu raison du reste de parcelle qui servait de passerelle aux riverains. Présent sur les lieux le vendredi dernier 18 octobre sous une pluie battante, on aura pu observer en présence du délégué régional des travaux publics, MBA Elie, que certains camions et gros porteurs circulaient en toute impunité sans se soucier du devenir de cette passerelle suffisamment affaissée avec un nid causé par l’utilisation des véhicules  interdits :

« Cet affaissement est dû à  l’effondrement d’une buse défectueuse. Une batterie de buse  défectueuse d’un diamètre de 1,5 mètre. Les mesures d’urgences ont consisté d’abord à faire la sécurité dans la zone, à communiquer et le second train de mesures c’est de maintenir la continuité du service public donc on va soit trouver une déviation, soit une voie de contournement. Nous avions trois options. Soit faire une déviation qui est un contournement de proximité sauf que c’est inondé partout ce qui semble très difficile. On  a identifié deux voies de contournement, l’un qui vient après 500 mètres  mais c’est une ancienne route et les ouvrages ne nous ont pas rassurés parce que dévier les poids lourds là bas pourrait être dangereux. L’autre contournement identifié fait 1500 mètres donc l’entreprise qui est sous le contrat actuel de cette route s’atèle à l’aménager. Toutefois, une voie de contournement s’impose avant le début des travaux. »

MINIMUM UN MOIS ET DEMI POUR REMETTRE LA CHAUSSÉE EN CIRCULATION.

En ce qui concerne les mesures d’urgences, le délégué régional des travaux publics de l’Ouest déclare : « La solution technique que nous avons trouvée sera de substituer à cette buse défectueuse un dalot au moins de section 3 m, 2 fois 1 dalot de 1,5×1 nous arrangeraient  ou alors si nous pouvons aussi faire un dalot de  2×2, ça nous arrangerait. Notre appréhension c’est que nous devons pouvoir le faire  très vite en sorte qu’une à 2 semaines nous ayons remis la zone en circulation.  Cependant, nous avons besoin de trouver des éléments de dalot préfabriqués parce que si nous voulons le faire sur place,  nous devons d’abord attendre 28 jours  pour que ces dalots arrivent à maturité avant de pouvoir faire le bloc technique au dessus et avant de pouvoir mettre en service on sera à plus d’un mois. Et là,  nous ne voulons pas nous permettre cela. C’est pour cela que nous recherchons des éléments de dalot déjà préfabriqués. Nous avons déjà trouvé 1 par 1 et si nous ne trouvons pas 1,5 x 1 pour en faire 2 passages ou 2×2 pour faire 1 passage, nous allons faire 3 passages de 1 par 1. »

A noter que selon l’information de dernière minute, il nous revient qu’il a été impossible de trouver des préfabriqués et donc tout se fera sur place pour une durée de 2 mois ou 1 mois et demi au minimum.  Pour le moment les voies Douala –SANTCHOU- Bafoussam ou Douala –Bangangté – Bafoussam restent les issus. Les passagers crient déjà aux coûts élevés de transport qui varie entre 5.000 et 6.000 FCFA depuis cette rupture de la nationale n-° 5.

Flore KAMGA KENGNE 

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.