BAFOUSSAM : L’EAU POTABLE SE FAIT RARE DANS LE TROISIÈME ARRONDISSEMENT!

0
453

POUR ESSAYER DE SOLUTIONNER LE PROBLÈME, LE GRAND CONSEILLER ROGER TAFAM VIENT D’OFFRIR 2 FORAGES DANS LES QUARTIERS NKONGSO ET KAMKOP.

À Bamougoum dans l’arrondissement de Bafoussam 3ème, l’eau potable est rare. Dans ce village qui a vu naître plusieurs élites, l’eau potable ne se définit pas comme étant ”inodore, incolore et sans saveur” mais plutôt à la distance que l’on parcourt pour avoir ce précieux sésame. En moyenne, il faut traverser 1 kilomètre et demi pour puiser de l’eau soit à la source traditionnelle, soit dans des puits à motricité humaine.

Pour ce qui est des sources traditionnelles, les points de ravitaillement de cette eau dérivée des racines de raphia sont désormais réduits à cause de l’exploitation de la carrière de sable à la frontière Bamougoum-Bansoa-Bameka. Dans le quartier voisin à Houong, le seul puits à motricité humaine est en panne depuis plusieurs mois selon une riveraine, d’où la ruée vers la source traditionnelle située en aval de la chefferie dudit quartier.

À 2 kilomètres de cette source, nous sommes au quartier FAMHOUO. Précile MAKOU MAGNE, une riveraine nous raconte leurs déboires pour avoir de l’eau potable: << Nous n’avons pas de forage dans ce quartier. De temps en temps, il faut à l’aide d’une houe creuser des points d’eau dans les raphias pour se ravitailler en eau et attendre qu’elle se décante pour utilisation. Voilà pourquoi quand nous sommes de passage à Houong pendant les travaux champêtres, on ne manque pas de rentrer avec quelques bouteilles d’eau de source traditionnelle. Leur eau est potable comparée à la nôtre. >>

LE GRAND CONSEILLER ROGER TAFAM SERT UN DÉBUT DE SOLUTION DANS 2 QUARTIERS

S’il est vrai que le don de 2 forages dans 2 quartiers de l’arrondissement de Bafoussam 3ème règle à peine le problème d’un quart de la population du village Bamougoum, ce geste est tout aussi salué par plusieurs habitants dudit village qui y voit un exemple et appel à solutionner les besoins élémentaires de cette population:

<< Ce don atténue le problème au niveau de NKONSO d’en haut mais au niveau de MAHA, nous avons tellement de difficultés mais cette initiative est à encourager. Les mamans partent de LATSIT environ 2 kilomètres avec les bidons pour puiser l’eau à boire à Yameunie au marché. On espère que d’autres élites suivront le pas du grand conseiller pour mettre fin à ce calvaire que nous vivons >>, lance David NGOUCHINGHE Jahmeuni.

En attendant que l’eau potable jaillisse pour tous les habitants de Bamougoum, ceux des quartiers KAMKOP et NKONSO s’arrose des bienfaits du don de Roger TAFAM. Des rangs à n’en point finir pour entrer en possession de l’eau remet au goût du jour la question autour du ravitaillement par la Camerounaise des eaux (CDE).

Flore KAMGA KENGNE

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.