SÉNATORIALES 2018 : LES DÉCOMPTES DES BULLETINS NON UTILISÉS DANS LES SACS À RÉBUS CRÉENT DES REMOUDS.

ENTRE ACHATS DE CONSCIENCE ET TRAFICS D’INFLUENCE, L’ÉLECTION DE CE DIMANCHE 25 MARS 2018 DONNE LE TON DE CE QUE SERA LES PROCHAINES ÉLECTIONS À L’OUEST.

0
294

ENTRE ACHATS DE CONSCIENCE ET TRAFICS D’INFLUENCE, L’ÉLECTION DE CE DIMANCHE 25 MARS 2018 DONNE LE TON DE CE QUE SERA LES PROCHAINES ÉLECTIONS À L’OUEST.

Dans la région de l’Ouest, il y’a eu au total 10 bureaux de vote. Ils étaient répartis dans les chefs-lieux des 8 départements exceptés, les départements de la Menoua et du Noun qui ont eu chacun 2 bureaux de vote. Dans chaque bureau, un représentant des 5 partis politiques en compétition était présent en plus du représentant de l’administration, du président du bureau de vote et du représentant de l’organisation en charge des élections au Cameroun (ELECAM).

Parmi les observateurs de ces élections, on avait les organisations Kofi Annan, la Ligue des Droits et Libertés, l’organisation en charge de la surveillance du territoire entre autres. Aux alentours de ces bureaux, un important dispositif sécuritaire était présent.

LE VOTE EN MASSE FAIT LA MODE À l’OUEST

Dans plusieurs départements de la région de l’Ouest, certains votants sont arrivés en charters et ont voté suivant la queue. Entre autres exemples, dans le département des Bamboutos, les différents villages du groupement Batcham sont passés à l’unanimité chacun à son tour en rang serré. Exercice similaire au Lycée classique de Bandjoun dans le département du Koung-Khi. Ici, tous les votants sont arrivés en cortège et le premier bulletin a glissé dans l’urne à 12 heures 05 minutes . Le seul électeur arrivé individuellement et précisément à 14h28 est le sénateur, sa majesté Roi des Bandjoun.

Du côté de la Mifi, les électeurs de l’arrondissement de Bafoussam  1er sont arrivés dans un véhicule de 70 places de l’agence Général Express Voyages vers 10 heures et 30 minutes, heure du début de l’affluence dans le bureau du Lycée Bilingue de Bafoussam.

ITINÉRAIRES DES VOTANTS

Certains électeurs contrairement aux autres avaient des points de départ bien précis surtout pour les votants en masse. Pour ce qui est du Département de la Mifi et chef-lieu de la région du soleil couchant, des différents points de départ, ils ont accompli leur devoir civique au Lycée Bilingue de Bafoussam et ont fait un tour à l’hôtel des finances de Bafoussam avant de retourner dans des quartiers généraux pour certains, et des lieux de réjouissances populaires pour d’autres.

Dans les autres départements, juste à côté des bureaux de vote, une salle était réservée pour la décharge des frais de transport. Cependant, à Bafang dans le Département du Haut-Nkam, le versement de ces frais a posé problème. Jusque tard le soir, certains votants n’avaient pas reçu lesdits frais ce qui a fait jaser les conseillers, qui ont perçu leur dû tôt le lendemain matin avant les élections. Le maire de Bakou en charge du paiement aurait jugé bon de le faire en journée en justifiant sa position par les risques d’agression.

QUELQUES PROBLÈMES SOULIGNÉS PENDANT LE DÉROULEMENT DE CES ELECTIONS

Une forte pluie s’est abattue dans la région dès 7 heures du matin jusqu’à la mi-journée ce 25 mars 2018. Dans le département du Noun, 3 problèmes ont poussé certains représentants des partis à exiger que le président du bureau de vote Foumban B soit changé. Un électeur a voté et émargé à la place d’un autre, le second cas est celui d’un votant ayant introduit son bulletin dans le sac à poubelle et les membres du bureau ont décidé de retirer afin qu’il l’introduise dans l’urne puisqu’il a lui-même signalé cette erreur aux membres. Pour l’ultime cas, un conseiller UDC démissionnaire en faveur du RDPC est venu voter comme conseiller. Ceux de l’UDC ont exigé de savoir sur quelle casquette ce dernier a voté. Des hic qui ont poussé à la suspension du scrutin entre 11 heures 19 minutes et 12 heures 42 minutes. La reprise s’est faite suite à plusieurs concertations entre le représentant de l’UDC et ELECAM; le plaignant ayant exigé de surveiller les actes du président du bureau. Il lui a été accordé de prendre place à côté du président pour identifier les votants afin d’éviter ce genre d’erreurs.

Du côté de la Menoua dans le bureau de vote Dschang B, ELECAM a dépouillé aux environs de 12 heures et le couac avec le représentant de l’UDC est né du fait que l’heure du dépouillement  mentionnée sur le procès-verbal était 18 heures. L’heure a été rectifiée suite à l’affrontement entre ces protagonistes.

Dans la Mifi, les autorités administrative et policière se sont heurtées au refus catégorique de la chef d’agence départementale d’ELECAM MIFI. Elise MANDJI a scellé l’urne au terme des élections à 14 heures 47 minutes et a indiqué que le dépouillement se fasse à 18 heures.

En dehors du cas Dshang B où le dépouillement s’est fait aux environs de 12 heures, les 9 autres bureaux de vote auraient procédé au dépouillement à partir de 18 heures.

Au terme du dépouillement, les représentants du SDF ont exigé que le sac à rebus passe au scanner. Ce que les membres de l’administration et d’ELECAM n’ont pas accepté parce que non mentionné dans la loi. Un refus qui a créé quelques échauffourées en soirée dans plusieurs bureaux de vote.

ACHATS DE CONSCIENCE ET TRAFIC D’INFLUENCE

Nombreux sont ces électeurs qui font encore le vote du suivisme au Cameroun et à l’Ouest en particulier; le vote de masse étant une illustration. Plusieurs n’ont certainement pas voté pour les meilleurs mais plus pour le respect des consignes de vote. On se souvient que pendant la campagne électorale, les consignes de vote d’un parti en compétition mettaient en garde contre toute abstention ou tout vote contre ledit parti. Faute de quoi, le ou les concernés devraient subir des sanctions disciplinaires. Le cas du conseiller mis en cause dans le bureau de vote de FOUMBAN B en est la preuve.

Dans certains villages, des électeurs auraient été soumis à l’allégeance de l’autorité traditionnelle pour éviter tout vote contraire. Certains électeurs véreux n’ont pas manqué de voter pour le plus offrant. Des faits et révélations qui remettent au goût du jour la question du bulletin unique.

TENDANCE DES RÉSULTATS DANS LA RÉGION DU SOLEIL COUCHANT

Sur les 1164 électeurs, la liste du Rdpc principal favori avec 943 conseillers à son actif serait le gagnant sur ses 4 adversaires en attendant le verdict du conseil constitutionnel qui devrait proclamer les résultats officiels dans un délai de 15 jours selon la constitution.

 

Flore KAMGA KENGNE