RETRAIT DE LA CAN 2019 AU CAMEROUN : LA CAF AVAIT DONC VU JUSTE !

La non livraison des chantiers de la « CAN Total Cameroun 2019 », retirée il y a quelques mois par l’exécutif de la CAF, suscite aujourd’hui plusieurs interrogations chez ceux qui croyaient mordicus que le Cameroun serait réellement prêt pour l’organisation de la grand messe du football africain.

0
354

La non livraison des chantiers de la « CAN Total Cameroun 2019 », retirée il y a quelques mois par l’exécutif de la CAF, suscite aujourd’hui plusieurs interrogations chez ceux qui croyaient mordicus que le Cameroun serait réellement prêt pour l’organisation de la grand-messe du football africain.

« Le Cameroun livrera ses stades, clé en main, 6 mois avant la compétition, alors que les textes exigent 3 mois avant »entendait-on encore de la bouche de certains membres du gouvernement camerounais quelque temps avant que la CAF ne fasse sa dernière descente technique. Cette phrase était même devenue un argument de la campagne électorale pour la présidentielle en vue.

Puis, vint le coup de tonnerre du président de l’institution footballistique africaine.

Le débat changea. Pour éloigner la honte, il fallait bien que quelque chose soit faite. Alors le même gouvernement est encore passé au créneau pour rassurer le peuple de la continuité des travaux initiés pour ladite CAN.

Il y avait donc comme un sursaut d’orgueil chez les habitants des villes de Garoua, Yaoundé et Douala, les trois villes où le gros des chantiers devait être fait. Tout allait sur tous les sens dans les réseaux sociaux où toute image et/ou information allant à contre sens de la logique des promesses était un « fake news », le mot à la mode. Seulement, les débats télé, radio et autres promesses sur les interviews ne constituent en rien la réalité du terrain, les faits. Et puis, deuxième coup de tonnerre, et le plus grand, aucun de ces chantiers de routes et de stades n’est livré même à la date prévue par la CAF et même celle donnée par nos gouvernants.

LA CAF AURAIT DONC VU JUSTE !

Tout bonnement, on pourrait répondre par l’affirmative. En aucun cas le Cameroun ne pouvait être prêt pour l’organisation d’une CAN qui lui avait été presque acquise en 2014 et dont les chantiers n’avaient commencé qu’il y’a deux ans seulement. Pis encore une compétition qui sera passée de 4 poules à 6 poules, soit de 16 pays à 24.

La sortie médiatique du président de la CAF disant que le Cameroun ne serait jamais prêt à date aurait pu être un élément de galvanisation pour nos dirigeants. Mais au lieu de se mettre au travail et cela réellement, il y eut alors des débats et autres pour, comme d’habitude, rassurer les camerounais sur ce qu’ils ne voient pas : les faits sur le terrain.

Avec cette non livraison des stades, c’est un mois d’avril morose qu’entament les optimistes qui n’ont jamais cru à ce qu’ils appelaient « fake news ». Personne n’ose parler de cela dans les rues encore moins dans nos médias publics et pro gouvernementaux qui s’y étaient accrochés sans jamais montrer la vérité aux camerounais. Tout semble être comme une hypnose chez tout le monde. Mais le fait est bien là : à Garoua, rien n’est prêt à Yaoundé et Douala non plus.

Les techniciens de la CAF avaient vu juste, ils avaient touché du doigt et avaient déjà compris que rien n’irait à date. Mais nos gouvernants, techniciens d’un autre genre, pour un travail qu’ils n’avaient jamais fait, avaient donné de l’espoir à tout un peuple qui aujourd’hui essuie des hontes, au point où l’on se demande même si 2021 ne glissera pas aussi. Just wait and see.

Eric OMBOLO

Advertisements