POLITIQUE : À QUI PROFITE LA MÉSENTENTE AU SEIN DU SDF À BAFOUSSAM ?

LE DUEL OUMBE-NGNANG NE SERA PAS SANS CONSÉQUENCES POUR LE PARTI DE LA BALANCE. LE PARTI DU FLAMBEAU ARDENT SE FROTTE LES MAINS ET ATTEND DE SE CHAUFFER DU BOIS DE LA DISCORDE DE SES ADVERSAIRES.

0
653

LE DUEL OUMBE-NGNANG NE SERA PAS SANS CONSÉQUENCES POUR LE PARTI DE LA BALANCE. LE PARTI DU FLAMBEAU ARDENT SE FROTTE LES MAINS ET ATTEND DE SE CHAUFFER DU BOIS DE LA DISCORDE DE SES ADVERSAIRES.

Ce n’est un secret pour personne qu’en cette veille des échéances électorales, chaque dissident entre les militants d’un parti de l’opposition concourt à entériner inévitablement la thèse selon laquelle, il n’y a pas de véritable parti de l’opposition. Le spectre du moi et du bien-être individuel semant progressivement le doute dans les esprits. Sinon, comment comprendre pour le cas spécifique de la circonscription électorale (CE) SDF de Bafoussam 1er que deux militants dit redoutables ne puissent trouver un terrain d’entente pour taire des querelles intestines surtout lorsqu’il s’avère qu’un deal avait été fait entre l’honorable par ailleurs président sortant de ladite CE et son camarade le maire émérite NGNANG Cyrille ? Un deal qui selon une source proche des 2 camarades voudrait que l’honorable OUMBE laisse la présidence de la Circonscription Électorale à NGNANG au cas où il sortirait perdant à l’issu des élections municipales de 2013. Parole donnée de l’honorable OUMBE à son camarade mais non respectée en 2015 lors du renouvellement du bureau de février 2015. Pomme de discorde pour une mésentente entre les deux parties, mais également avec certains militants qui ne reconnaissent plus leur idole d’hier.

Celui-là qui était toujours proche du bas peuple serait devenu le très zélé honorable imbus de sa personne. C’est donc ainsi que se créera la fissure entre l’honorable et sa suppléante qui se regardent désormais en chiens de faillance. Certains s’interrogeraient sur la proximité de OUMBE avec quelques personnalités  du RDPC impliquées dans le virement de 120 millions de francs CFA destinés à l’achat du terrain pour la construction de l’hôtel de ville de la commune d’arrondissement de Bafoussam 2ème. D’aucuns disent que le “Frundiman” serait tenu par cette affaire.

LA QUALITÉ DES DEUX PROTAGONISTES ET LEUR IMPACT DANS LE PAYSAGE POLITIQUE DE LA MIFI

Ils sont tous des politiciens avérés de la scène politique dans le département de la Mifi. Que ce soit l’honorable OUMBE NDEFFO SANGONG ou son camarade NGNANG Cyrille, il est clair que ces deux personnes sont des « Frundiman » incontestables et donc, de véritables cailloux dans la chaussure du RDPC. Toutefois, leurs champs de compétences restent bien circonscrits.

La ville jusqu’à preuve de contraire reste la marque déposée de l’honorable OUMBE avec des sympathisants qui lui vouent un culte. De l’autre côté, le maire émérite NGNANG Cyrille est implanté en zone rurale et là, les populations ne jurent que par lui comme en témoigne les propos de THADE Paul rencontré dans un café à Bafoussam : « Au temps de NGNANG, les ponts et la route qui mène à la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er étaient réhabilités chaque 6 mois. Les gens ont dit qu’il faut un peu changer et on a changé. Voilà ça tout le village pleure NGNANG ! ». Des propos fréquemment entendu dans la ville de Bafoussam où un dignitaire a relevé en interne sous un air de regret : « Parmi deux enfants, un est forcément le meilleur ».

Au moment où le RDPC peaufine ses stratégies pour déloger des militants de l’opposition pour son compte, ce dissident ne peut donc qu’être la bienvenue pour la déstabilisation du parti qui jusqu’ici demeure la deuxième force de l’opposition. Le parti du flambeau ardent ayant déjà une passerelle pour nourrir la problématique du tribalisme évoquée par un clan. Ne dit-on pas en politique : « Tous les moyens sont bons lorsqu’ils sont efficaces ? »

Flore KAMGA KENGNE

Advertisements