MISSION DE LA CONFÉDÉRATION AFRICAINE DE FOOTBALL (CAF) AU CAMEROUN : Le grand examen que doit passer le pays de Roger Milla.

En séjour au Cameroun depuis jeudi le 11 janvier 2018, la mission de la CAF composée de 9 personnes est arrivée à Bafoussam ce lundi15 janvier. Les membres de ladite mission sont tous des consultants du cabinet d’audit allemand RolandBerger. Leur principale feuille de route, l’évaluation de l’état d’avancement des travaux d’infrastructures qui permettront une organisation optimale de la plus grosse compétition Africaine prévue au mois de juin 2019.

0
750

En séjour au Cameroun depuis jeudi le 11 janvier 2018, la mission de la CAF composée de 9 personnes est arrivée à Bafoussam ce lundi 15 janvier. Les membres de ladite mission sont tous des consultants du cabinet d’audit allemand Roland Berger. Leur principale feuille de route, l’évaluation de l’état d’avancement des travaux d’infrastructures qui permettront une organisation optimale de la plus grosse compétition africaine, prévue au mois de juin 2019.

Arrivée à l’aéroport de Bafoussam (Bamougoum) aux environs de 11 heures, la mission de la CAF s’est immédiatement rendue dans la salle des services du gouverneur de la région de l’Ouest, où s’est tenu une séance de travail avec les parties prenantes. Dans son allocution de circonstance, Augustine AWA FONKA a paraphrasé le Chef de l’Etat S.E. Paul BIYA pour signaler que la ville de Bafoussam sera prête le jour “J”, et dit avoir pris l’engagement : « mesdames et messieurs les experts, s’agissant des infrastructures, je puis vous rassurer que dans le cadre des préparatifs de cette CAN Total Cameroun 2019, à Bafoussam en particulier, pour ces travaux de construction, l’aménagement et la réhabilitation ont déjà été engagés.

À propos des infrastructures sportives, Bafoussam dispose déjà des stades de compétition fonctionnels, le stade omnisports de Bafoussam inauguré et homologué par la CAF en avril 2016, avec une capacité de 20 000 places répondant aux normes et au standard de la CAF. Il ne reste plus que les travaux d’aménagement extérieur et un salon V VIP , ainsi que la pose d’une fibre optique dans le stade pour optimiser les besoins en télécommunication. Pour ce qui est des terrains d’entrainement, ils en disposeront de 4. Le site de Mbouda situé à 44 km des stades de compétition, le stade de Bandjoun situé à 28km, le stade de Bafoussam situé à 17 km, le stade annexe de kouékong est situé sur le même site et je peux même citer en passant, le stade de Tocket qui est d’ailleurs construit à plus de 50 pourcent. Les différents marchés de constructions et de réhabilitation de ces infrastructures ont déjà été passés aux entreprises adjudicataires qui ont déjà finalisés les études. Les livraisons sont attendues au plus tard, le 31 décembre 2018. En outre il existe aussi un stade en construction à Bangangté situé à une quarantaine de minutes du stade de compétition dont les travaux sont suffisamment avancés. En somme, il convient de signaler que conformément aux engagements des entreprises et aux expériences accumulées dans le cadre de la CAN féminine, les travaux vont s’accentuer pour atteindre la vitesse de croisière afin que les chantiers soient livrés à temps.

S’agissant des infrastructures hospitalières, la ville de Bafoussam et ses environs disposent des infrastructures ayant des plateaux techniques de pointes pour assurer la prise en charge des patients. Nous pouvons citer par exemple, l’hôpital régional de Bafoussam. L’hôpital de référence gynéco-obstétrique de Bafoussam est en construction, situé à proximité du stade de compétition à Kouékong, il sera mis en service en Aout 2018 avec un plateau technique ultra moderne conforme aux exigences de la CAF, avec une capacité de 120 lits.

Concernant des infrastructures hôtelières, Bafoussam dispose des hôtels répondants aux exigences de la CAF à l’exemple de l’hôtel Zingana, l’hôtel de la vallée de Bana, le Centre climatique de Dschang, le domaine de Pepetnoun. En dehors de ceux-ci, plusieurs autres sont en construction, entre autres, le Tagidor Garden Palace, le Majestic hôtel, l’hôtel Le congelcam. L’hôtel Beaux lieux, et j’en passe. Il y’a lieu de relever qu’en dehors de ces hôtels, la contrée en disposera de plusieurs autres.

Dans le cadre des transports, un cadre raisonnable de parkings est disponible pour assurer la navette. Un aéroport fonctionnel pour assurer le transport du personnel et du public, et qui vient d’ailleurs de vous accueillir. En ce qui concerne les infrastructures routières, il convient de signaler que les routes nationales et toutes les voies d’accès aux différents stades sont en cours de réhabilitation. En effet, le gouvernement du Cameroun avec l’Agence Française de Développement (AFD) à travers le projet C2D a pris les dispositions pour l’embellissement de la ville de Bafoussam et ses environs. De manière spécifique, les tronçons à réhabiliter sont : Mbouda 14,5km, Bandjoun18,9 km, Bafoussam 77km, axe Bandjoun stade de la compétition 25km.

La ville de Bafoussam regorge de plusieurs attractions touristiques à l’instar du Palais royal de Foumban reconnu comme patrimoine de l’Unesco, le Centre climatique de Bafoussam, les chutes de la MeTche ». Le gouverneur de la région de l’Ouest a clôturé son propos par la présentation du comité du site de Bafoussam.

ISMAËL WALI SALUE L’HOSPITALITÉ DU CAMEROUN

À l’issue de son séjour dans le pays de Roger MILLA depuis le 11 janvier dernier, le chef de mission de la CAF au Cameroun s’adressant au comité local de préparation de la CAN 2019 à Bafoussam, a salué l’hospitalité à lui réservée par les camerounais depuis son arrivé : « Depuis notre arrivée à Yaoundé, nous avons passé deux jours, hier nous avons passé une journée à Garoua et aujourd’hui à Bafoussam, je vous remercie beaucoup pour cet accueil chaleureux, inoubliable, vraiment cela nous a marqué nous tous. Je remercie le président du comité du site pour sa présence, le comité local de préparation du site de Bafoussam. La CAN de football c’est la plus grande compétition sportive en Afrique, c’est aussi la troisième plus grande compétition au monde. Je peux vous garantir que ce n’est pas seulement en Afrique mais tout le monde, tous les passionnés du football et toutes les familles qui aiment le football vont avoir l’œil sur le Cameroun en 2019. Nous sommes sûr et certain qu’avec votre présence, avec votre travail, elle aura un grand succès et comme je l’ai expliqué dans mes visites précédentes, ce n’est pas une équipe d’experte à la CAF, ce n’est pas une équipe du comité d’organisation locale, c’est une seule équipe. Si nous avons des conseils et des observations, nous allons vous faire part et vice versa ».

LE GOMBO DE LA CAF DIVISE LES JOURNALISTES

Selon le programme de la visite de la mission d’inspection de la CAF à l’Ouest, les hôtes du jour devaient être accueillis à l’aéroport de Bafoussam (Bamougoum), s’installer à l’hôtel Zingana avant la séance de travail dans les services du gouverneur. Une partie des journalistes, une dizaine a suivi le cortège et l’autre constituée d’une dizaine a choisi directement de s’installer dans la salle des services du gouverneur. Au terme de la séance du travail des fiches de décharge sont remises à certains au vu et au su des autres confrères. Commence alors le rififi car les lésés veulent avoir une explication. Les spéculations commencent suivi des invectives. Les uns essayent de justifier l’acte par l’absence de certains à l’accueil, argument balayé du revers de la main car, certains absents ont reçu la fiche et pas d’autres pourtant présents à l’aéroport. La réputation de l’organe, la qualité du journaliste et les affinités meublent les invectives.

Au moment où nous bouclons cet article, ceux ayant reçu les fiches de décharges intitulée « PREMIÈRE MISSION D’INSPECTION DE LA CAF À BAFOUSSAM LE 15 JANVIER 2018 », portant les noms et prénoms, organe, titre, contact, numéro de CNI (carte nationale d’identité), le montant non encore déterminé à cette heure (19h30), avec pour motif la couverture de la mission d’inspection de la COCAN 2019 le 15 janvier 2018, tout comme les lésés (résidant ou non à Bafoussam), font le pied de grue dans le quartier administratif de Bafoussam. Et cette fois, le gombo risque de décider des angles de traitement dans différentes rédactions. Une autre épreuve que devra traiter le COCAN.

Flore KAMGA KENGNE

Advertisements