Le nouveau Directeur du Bureau UNESCO pour l’Afrique Centrale en visite au CERDOTOLA.

Nommé Directeur du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale à Yaoundé (Cameroun) le 1er février 2018, M. Salah Khaled, de nationalité égyptienne, a été reçu en audience officielle et solennelle par le Secrétaire Exécutif du CERDOTOLA, le Pr Charles Binam Bikoi, au siège de l’Institution, le 10 avril 2018.

0
171

Nommé Directeur du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale à Yaoundé (Cameroun) le 1er février 2018, M. Salah Khaled, de nationalité égyptienne, a été reçu en audience officielle et solennelle par le Secrétaire Exécutif du CERDOTOLA, le Pr Charles Binam Bikoi, au siège de l’Institution, le 10 avril 2018.

Le Cabinet du Secrétaire Exécutif a servi de cadre à cette rencontre qui fera de ce jour une date mémorable dans l’histoire du partenariat entre les deux organisations et pour la relance des projets et programmes conjoints.

Dès le début de la rencontre, le Pr. Charles Binam Bikoi a évoqué le rôle joué par l’UNESCO dans la création du CERDOTOLA. En effet, c’est sous l’impulsion de l’UNESCO, et à la faveur de la résolution 3.313 de la 17e session de sa Conférence  Générale de 1972, résolution implémentée plus tard par la recommandation n°4 de la conférence de l’OUA sur les politiques culturelles en Afrique de 1975, que plusieurs Chefs d’Etats d’Afrique Centrale ont décidé la création du CERDOTOLA en 1977.

Le Professeur Charles Binam Bikoi a félicité le nouveau Directeur pour sa nomination au Bureau de Yaoundé. Il a ensuite exprimé toute la disponibilité du CERDOTOLA à œuvrer à ses côtés pour la réussite des activités qui seront réalisées au cours de son mandat. Le Secrétaire Exécutif a aussi saisi l’occasion de cette visite pour informer son hôte de la nouvelle orientation du CERDOTOLA, aujourd’hui résolument engagé à remettre les cultures patrimoniales de l’Afrique au service de la Renaissance ainsi qu’à placer les traditions au centre des enjeux de développement inscrits dans les agendas pour l’émergence de l’Afrique.

Ayant sacrifié aux civilités d’usage, M. Salah Khaled a exprimé son souhait de redynamiser le partenariat entre l’Unesco et le CERDOTOLA afin que le tandem continue de jouer son rôle de vecteur des politiques culturelles dans la sous-région Afrique Centrale. Il entend requérir le soutien des Etats et des bailleurs de fonds afin que soient réalisés les projets initiés avec le CERDOTOLA. La nouvelle architecture du dispositif de l’Unesco hors Siège en Afrique entend favoriser les synergies avec les communautés économiques régionales, a-t-il ajouté.

L’audience, qui s’inscrivait dans le cadre d’une visite de courtoisie, a été l’occasion pour les deux interlocuteurs de faire un tour d’horizon de l’actualité régionale et continentale, d’explorer les pistes du renforcement de la coopération entre leurs deux institutions. Ils ont évoqué, entre autres, le programme de mise en réseau des Archives, Bibliothèques et  Musées nationaux des Etats Membres de la CEEAC, initié, organisé et cofinancé depuis 2015 par le CERDOTOLA et le Bureau régional multisectoriel de l’Unesco à Yaoundé.

À la fin de l’audience, le Secrétaire Exécutif a remis au nouveau Directeur quelques productions des Editions du Centre ainsi que le pagne du Quarantenaire, symbole d’amitié du CERDOTOLA.

Le Bureau régional multisectoriel pour l’Afrique centrale a pour rôle de veiller à la mise en œuvre des orientations stratégiques régionales tout en répondant aux besoins spécifiques des pays dans les différents domaines de compétence de l’UNESCO. Son mandat assure la couverture des pays suivants: Angola, Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et Tchad.

Source: Théophile TATSITSA (CERDOTOLA)