GROSSE ANARCHIE AU LYCÉE DE BANDJOUN: BRAS DE FER ENTRE LE PROVISEUR ET UNE VACATAIRE.

0
6849

L’année scolaire 2017-2018 commença le 05 septembre 2017 avec un manquant de 15 agents dont 6 affectés, 1 décès, 6 vacataires limogés parmi lesquels, la bibliothécaire, la secrétaire particulière du proviseur, le vigile et 3 enseignantes d’ESF et 2 démissions.

LA TRÈS ZELEE SECRETAIRE PARTICULIERE DU LYCEE DE BANDJOUN.

Le proviseur Apollinaire TCHATCHOUANG KAMSI justifia le renvoie desdits agents par le laxisme, l’absentéisme et le mépris à l’endroit de ses collègues en ce qui concerne sa secrétaire particulière la nommée Hélène TOWA surnommée « la reine du lycée » :

« Elle insulte à tort et à travers ses collègues et les nargue de mettre au défi celui ou celle qui l’atteindrait à la cheville. Elle va jusqu’à utiliser le langage ordurier genre je pisse sur votre matricule s’adressant au censeur Fotso », une remarque du proviseur renchérie par plusieurs autres qui déclarent : « Elle nous appelle les souffreteux et selon les dires de l’infirmière du lycée, l’une de ses proches avec laquelle elle s’est chamaillé dans la cour du lycée, elle se fait les poches pendant la rentrée lors du recrutement de nouveaux élèves et se retrouve au moins avec 600 000 fcfa ce qui lui monte à la tête et elle cherche à nous marcher dessus. La gestion de la cantine du lycée est également son affaire ».

235A20F7-F952-4A0F-B9C7-6F122C8A05304F5A8AB9-B012-4819-8E86-732350C8AB1E

Joint au téléphone pour avoir sa version des faits, Hélène TOWA nous invite dans une buvette à Bandjoun et aux environ de 17 heures nous sommes sur les lieux, toute remontée après notre question à savoir, sa version des faits face aux accusations portées contre elle, la sp déchue en compagnie de « deux amis » apparemment dans un état peu sobre, nous indique que les choses vont reprendre leur cours normal et nous remercie de prendre congé d’eux en prenant une autre gorgée « J’ai accepté de vous rencontrer mais entre temps mes autres collègues démis de leurs fonctions avec qui j’étais sont partis et moi personnellement je n’ai rien à vous dire si ce n’est que ce monsieur ne sait pas à qui il s’en prend. »

LE PROVISEUR SERAIT-IL DIMINUÉ PAR SA HIÉRARCHIE ?

Suite au limogeage des 3 enseignantes de l’ESF pour manque de moyens et la nécessité de remplacer prioritairement les 6 affectés et les 2 démissionnaires, selon les dires D’Apollinaire TCHATCHOUANG KAMSI,le délégué départemental des enseignements secondaires pour le Koung-Khi, FOTSO DAVE a envoyé près de 5 correspondances dans lesquelles ils intiment l’ordre au proviseur de reprendre les agents renvoyés. Un ordre qui s’est transformé en chantage face au refus du proviseur car depuis lors, le délégué a refusé de signer la note du recrutement des nouveaux vacataires.

VERDICT DU DÉLÉGUÉ RÉGIONAL MINESEC / OUEST.

Au début du mois d’octobre 2017, le délégué régional du MINESEC / OUEST, Simplice BEDJABO convoque les parties prenantes à Bafoussam, le président de l’APE y compris. Après auditions, il intime l’ordre au proviseur de reprendre sans condition les agents démis de leurs fonctions selon une source bien introduite. Une décision qui rend impuissant le chef d’établissement qui lors de notre passage nous faisait déjà part de ce que ses enseignants fonctionnaires sont quelques peu irresponsables : « si je vous montre leurs justifications lorsque je leurs adresse des demandes d’explications pour absentéisme, vous tomberez des nus. Très souvent pendant qu’un autre dit qu’il était cherché le gaz pour sa femme. Un autre déclare qu’il était à l’hôpital accompagné sa belle-mère. 

C8193F33-5F30-4A63-B9E7-3E1425E1C847Je n’ai pas la possibilité de les sanctionner. On ne note plus les fonctionnaires et si j’adresse des correspondances à ma hiérarchie on pourra les affecter et ce sera un autre problème ; car ceux même qu’on a affectés n’ont pas été remplacés ».

Si, Apollinaire TCHATCHOUANG KAMSI a exécuté les ordres de sa hiérarchie mais réintègre Hélène TOWA comme surveillante de secteur et non comme secrétaire particulière; ce qui n’arrange pas cette dernière qui raconterait à ses collègues que d’ici décembre elle devra occuper son poste de SP et ce après que l’actuel proviseur soit affecté.

LE PRESIDENT DE L’ASSOCIATION DES PARENTS D’ELEVES ET ENSEIGNANTS (APEE) FAIT LA PLUIE ET LE BEAU TEMPS.

Après les délégués de tutelle, c’est le Président de l’APEE FOSSOUO Gabriel qui passe au manette depuis un bout de temps en insistant pour que le proviseur renvoie tous ceux qu’il a recruté afin que les autres réintègrent leurs postes. Il a même pris sur lui sans le consentement du proviseur de reclasser les salaires des vacataires en fonction du diplôme tout en faisant fi de l’ancienneté. Le nombre d’heures est également compté par le nouveau président. Dans les vacations, certains voient leurs salaires en baisse et d’autres nouvellement arrivés passent de 45.000 fcfa à 55.000fcfa. Un problème qui trouve sa genèse dans le mouvement d’humeur du mois d’avril dernier.

Le lycée de Bandjoun compte 2100 élèves d’après les chiffres publiés par la nouvelle secrétaire pour le compte de l’année scolaire 2017-2018, contre environ 2.000 pour l’année dernière pour un taux d’APEE de 13000Fcfa chacun. Ce qui fait au moins 27.000.000 Fcfa produits par les élèves. Toute chose qui pousse les enseignants vacataires à se révolter lorsque le président demande à payer uniquement 8 des 9 mois convenus.

La goutte d’eau qui aurait débordé le vase s’explique par le fait qu’au mois d’avril 2017, le président sortant de l’APEE refuse de payer le 8ème mois faute de moyens d’après ses propos. Suivra alors un mouvement d’humeur. Au cours d’une réunion de crise, l’actuel président de l’APEE alors président du conseil d’établissement avait promis une baisse drastique du salaire des vacataires. Une menace pensent ceux-ci, qui vient d’être mise à exécution sous le regard impuissant du chef de l’établissement.

ÉLECTION DU NOUVEAU PRÉSIDENT DE L’APEE SOUS FOND DE TRIPATOUILLAGE.

Ancien président de l’APEE sous le proviseur MONTHE Maurice avec un bilan mitigé, Gabriel FOSSOUO revient après ses 4 ans comme président du conseil d’établissement. Pour éviter toute possibilité de perdre les élections, il rentrera alors dans sa section OJRDPC dont il est le président pour inviter ses camarades du parti à voter massivement pour lui. Les enseignants sont ainsi exclus de l’élection et chassés de la salle. Commence alors le règlement de compte avec tous ceux ayant exprimés leur mécontentement l’année dernière.

Ce même président de l’APEE nommé à l’Université de Dschang comme adjoint de l’intendant aurait voulu piétiner son supérieur et dès que le recteur Nanfosso Roger a pris les commandes, l’intendant a directement  redigé un rapport contre Gabriel Fossouo, ce qui lui a valu sa suspension en 2016.

CC3F0D96-1532-4754-A6AA-25A13DC06430

MANQUE DE PERSONNEL AU LYCEE DE BANDJOUN.

En plus des 6 permanents affectés pendant les vacances, 7 autres ont été affectés récemment par le MINESEC et seulement 2 ont été remplacés. Face à cette carence, les censeurs ont décidé de reprendre les choses en main mais avec le traitement salarial imposé par le président d’APEE (entre 450 et 550fcfa l’heure) ils ont abandonnés.

PRATIQUE DE SORCELLERIE DANS L’ENCEINTE DE L’ETABLISSEMENT.

La nouvelle bibliothécaire dit avoir été victime ce jeudi 26 octobre 2017, d’une pratique de sorcellerie. Selon ses propos, elle a constaté que l’entrée de son bureau était recouverte à son arrivée d’une poudre blanche dont elle ignore la provenance et l’intérieur de son bureau plein de grenouilles mortes. Des grenouilles qui ces derniers temps visitent régulièrement le bureau du proviseur.

Face à cette anarchie peut-on s’attendre à un meilleur rendement au lycée de Bandjoun au terme de l’année scolaire en cours ?

Flore KAMGA KENGNE

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.