GOUVERNANCE : LES PLEURS DE LA “MÈRE” DE BANGANGTÉ.

CÉLESTINE KETCHA COURTÈS LAISSE SA DERNIÈRE EMPREINTE AVANT SON DÉPART. LA CÉRÉMONIE OFFICIELLE DU CENTRE DE DÉPOTAGE A EU LIEU CE DIMANCHE AVANT LE DÉPART DE L’ACTUEL MINISTRE DE L’HABITAT ET DU DÉVELOPPEMENT URBAIN POUR YAOUNDÉ, OÙ ELLE ENTRERA EN FONCTION DÈS CE LUNDI 07 JANVIER 2018.

0
636

CÉLESTINE KETCHA COURTÈS LAISSE SA DERNIÈRE EMPREINTE AVANT SON DÉPART.

LA CÉRÉMONIE OFFICIELLE DU CENTRE DE DÉPOTAGE A EU LIEU CE DIMANCHE AVANT LE DÉPART DE L’ACTUEL MINISTRE DE L’HABITAT ET DU DÉVELOPPEMENT URBAIN POUR YAOUNDÉ, OÙ ELLE ENTRERA EN FONCTION DÈS CE LUNDI 07 JANVIER 2018.

Il est environ 9 heures lorsque le nouveau Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain (MINHDU), arrive sur le site du centre de traitement technique des produits de dépotage situé au quartier Noumga, à une dizaine de kilomètres du centre urbain.

La sirène annonce son arrivée. Le protocole a changé. Celle qui un jour avant était encore Maire de Bagangté est accueillie par le préfet du NDÉ. La sécurité est renforcée autour d’elle. La population est émue et mais la foule, la séparation s’annonce difficile :

« Nous sommes en joie pour sa promotion et remercions le Chef de l’État pour sa nomination. Mais, le soucis reste de savoir si le nouveau Maire sera à la hauteur de la tâche comme elle ».

Tout comme cet habitant de la ville de Bangangté, la peur d’un vide de compétence anime plusieurs personnes qui saluent les prouesses de Madame COURTÈS: « Grâce à madame le Maire, Bangangté est une ville Onusienne, Bangangté est une ville propre grâce à l’œuvre de madame le Maire de la commune  devenue MINHDU. De nos jours à Bangangté, on ne connaît plus le délestage grâce aux panneaux solaires qui sont installés dans la ville. Et nous voici pour le centre de traitement des déchets, sa dernière empreinte », relève  sa majesté SAH TEI NGETKOUANE, le chef du quartier Mvebab.

Des propos qui traduisent la complicité de ces populations avec l’ex-maire, mais surtout la peur de la séparation et d’un nouveau départ. C’est ainsi que certains couleront les larmes sur le chemin du retour du lieu d’inauguration du centre de postage avant d’être rassurés par des conseillers municipaux : 

« Elle vous a dit hier qu’elle ne part pas pourquoi vous faites le deuil ? Elle a dit qu’elle sera toujours avec nous donc n’ayez crainte ».

Malgré cette assurance dans la foule, certains vont  lancer l’air évasif: « WÈKÈ! Quand on a l’or entre les mains ! Avant elle était entièrement à nous et voilà qu’on va maintenant la partager avec les inconnus »

 

 

LA MÈRE DE BANGANGTÉ EN LARMES

« La consolidation des acquis, la poursuite des campagnes et des plaidoyers en faveur des villes africaines sans violences faites aux femmes, sans enfants dans la rue, et l’autonomisation politique et socio-économique des femmes ».

C’est sous ce thème que Célestine KETCHA COURTÈS, reconduite alors présidente du REFELA le 22 novembre 2018  à Marrakech au Maroc, va placer son second mandat. Parmi les acquis, des séminaires de recyclage qui lui ont permis de réaliser plusieurs projets dont, le centre de traitement des bouts de vidange :

« Dans ce centre, nous procédons à l’enfouissement technique des ordures non biodégradables et au tri des déchets de compost biologique. Comme matériel, nous avons un camion qui pèse 26 tonnes, mesure 9,5 mètres de large et 2,5 mètres de hauteur, avec les caractéristiques u-cuve de 12 mètres cubes, un équipement u vert avec potence télescopique, une pompe à pou d’une puissance  de 2000 m3 par heure, un tuyau escamotable de 100 mètres, une puissance de 170 bar ». 

Dr Jonas KOUAMO, le premier adjoint au maire sortant poursuit avec la présentation : « Cette  station est une station à un traitement naturel. On n’a pas besoin d’électricité, on laisse la nature faire son travail. Il permet avec ce camion hydro-cureur de pouvoir aller dans des ménages, dans leurs systèmes sanitaires, dans des fosses sceptiques, pour extirper tout son contenu et une fois arrivé dans ce centre, il y’a l’ouvrage de chasse qui est constitué d’un trieur qui retient les biosolides qui par la suite  constitue un socle de traitement constitué d’un massif filtrant  sous lesquels on a implanté des roseaux, une race particulière qui est adaptée pour déshydrater afin de pouvoir traiter les déchets et de pouvoir les  consolider de telle façon que ce qui va ressortir de ce lit, va se retrouver à travers les regards et rejeté dans les lagunes qui se trouvent en contre bas, pour laisser dans la nature, de l’eau capable de ne pas polluer notre environnement ».

Ce projet financé en partie par des partenaires étrangers rentre dans le cadre des multiples projets entamés sous la Maire de Bangangté.  

Au terme de la visite du centre de traitement, les populations déportées du côté du carrefour Mandja ont eu du mal à se séparer de la nouvelle MINHDU, qui n’a pas pu contenir ses émotions devant une foule en liesse et a fondu en larme avant de quitter la ville de Bangangté.

À noter que ce lundi, Célestine KETCHA COURTÈS prendra officiellement fonction en tant que Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain.

Flore KAMGA KENGNE

 

 

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.