ÉLECTIONS MUNICIPALES AU CAMEROUN : JULES HILAIRE FOCKA FOCKA CANDIDAT POUR LES PROCHAINES ÉCHÉANCES : « JE SERAI CANDIDAT ! »

AU COURS DE L’ÉDITION DU CLUB DE LA PRESSE DU MARDI 12 MARS 2019, L’ACTUEL MAIRE DE LA COMMUNE D’ARRONDISSEMENT DE BAFOUSSAM 1er A ANNONCÉ QU’IL VA BRIGUER UN SECOND MANDAT.

0
409

AU COURS DE L’ÉDITION DU CLUB DE LA PRESSE DU MARDI 12 MARS 2019, L’ACTUEL MAIRE DE LA COMMUNE D’ARRONDISSEMENT DE BAFOUSSAM 1er A ANNONCÉ QU’IL VA BRIGUER UN SECOND MANDAT.

Pendant près de 3 heures d’horloge, l’actuel maire de Bafoussam 1er  et président de la section du RDPC Mifi Centre était sur le gril du club de la presse; une initiative du Club Médias Ouest dans l’objectif de questionner des personnalités de renom de la région pour mieux informer les populations sur la vie politique, économique, sociale et culturelle. Sans tabou, des myriades de questions ont été posées au Dr Jules Hilaire FOCKA FOCKA. Entre autres, la gestion des 120.000.000 Fcfa destinés à l’achat du site pour la construction de l’Hôtel de ville de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er « L’achat ne s’est jamais fait face à face. Ce sont des virements et ce n’est pas le maire qui vire l’argent. Le maire ne signe rien dans une mairie. Il ne signe pas de chèque et ne procède non plus aux virements. C’est le receveur municipal qui procède aux virements et tous les virements ont été faits d’une banque à une autre par le receveur municipal. S’il y a donc des malversations à ce niveau, ce n’est pas le maire c’est peut être le receveur or, les virements ont été effectivement effectués dans le compte de ce monsieur. Ce monsieur a été interpellé à plusieurs niveaux par les services spéciaux de la police camerounaise et il a reconnu avoir perçu la totalité des 120.000.000 Fcfa dans son compte. On a tenu une réunion avec le gouverneur et tout son état-major, en présence du responsable du Feicom, des représentants du ministre de l’Administration Territoriale et monsieur CHENDJOU a reconnu avoir perçu les 120.000.000 Fcfa en totalité. Nous n’avons pas eu le terrain, le terrain a posé problème. Il nous restait saisir la justice pour annulation de la vente et que monsieur CHENDJOU nous rembourse les 120.000.000 Fcfa. Nous attendons que la justice se prononce là dessus ». Concernant ce projet, l’une des promesses de campagne en 2013, le maire Jules Hilaire FOCKA FOCKA déclare que l’Hôtel de ville de l’arrondissement de Bafoussam 1er sera construit avant son départ de la mairie, tout comme la construction d’un abattoir moderne : « Nous avons eu des financements pour construire un laboratoire moderne à Bafoussam. Le MINEPIA nous a accordé 100.000.000 Fcfa pour construire un laboratoire moderne. Les travaux vont commencer d’ici peu et nous pensons que d’ici 6 mois nous aurons l’un des meilleurs abattoirs du Cameroun à Bafoussam ».

L’abattoir est l’une des pommes de discorde entre le maire Jules Hilaire FOCKA FOCKA et le délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Bafoussam Emmanuel NZETE, tout comme la pose des sabots sur les véhicules mal stationnés. Des actions qui ont créées un climat tendu entre le maire et plusieurs autorités qui selon certains observateurs le traitent de rebelle : « Je n’accepte pas qu’on me marche sur les orteils. Si on veut bien faire notre travail sans faire de la mairie la vache à lait, on peut être considéré comme rebelle. Nous ne sommes pas venus à la mairie distribuer de l’argent. Nous payons régulièrement les salaires à la mairie. En date d’aujourd’hui zéro arriéré. Nos impôts sont là pour construire des ponts, des forages, des écoles, équiper des centres de santé pas pour des frasques ! Quand c’est le cas, on trouve que nous sommes des rebelles ».

CLIN D’OEIL DU DOCTEUR FOCKA FOCKA JULES HILAIRE À EMMANUEL NZETE

À la question de savoir quel rapport il entretient avec les autorités administratives, le maire de Bafoussam 1er répond : « Si un maire s’entend avec une autorité administrative, ce qu’il y a autre chose. On a des autorités administratives qui prônent la lutte contre le désordre urbain, mais qui l’encourage de façon sournoise. On met des sabots sur des véhicules qui sont mal garés et une autorité dit enlevez moi ça ! Parce que certains ont des ‘’clandos’’ sans pièces et ils couvrent ça en toute impunité. Donc il y’a des autorités qui sont complices de ce désordre ». Pour ce qui est du délégué du gouvernement auprès de la CUB, il déclare : « le délégué du gouvernement  c’est un patriarche qui a fait des choses et qui continue de faire, nous aussi nous essayons de faire ce que nous pouvons faire mais malheureusement, les approches ne sont pas les mêmes. Il aurait fallu qu’il y ait une véritable plate-forme entre nous pour qu’on s’accorde sur ce qui peut être fait. Certains tirent sur le délégué qu’il n’a pas fait ci, il n’a pas fait çà et veulent nous utiliser pour appuyer ça. Je me suis refusé à ce genre de jeu parce que nous savons quelles sont les difficultés que nous rencontrons chacun à son niveau dans ce que nous faisons au quotidien. Mais je dis, ensemble on aurait fait beaucoup de choses si on était vraiment soudés pour réduire les bavardages, les interprétations et les autres. La plate forme aura servi également à informer les populations sur les fonctions de chacun ».

Parlant de bilan, Jules Hilaire FOCKA FOCKA annonce que dès juin 2019, Bafoussam sera une ville numérisée et la connexion gratuite pendant les 2 premières années. Il salue le fait d’être dit-il passé de 530.000.000 Fcfa à 1.000.000.000 Fcfa. On a pris 4 ans pour asseoir un certain nombre de choses, on va construire l’hôtel de ville sans compter la construction des ponts, la réhabilitation du centre de santé intégré de Kam Badiemgbou  équipé en 2017, du pont de Nefenkié réalisé en 2016, la construction de l’école primaire et maternelle publique de MVUTSA’A en 2016  entre autres.

« JE SERAI CANDIDAT LORS DES ÉLECTIONS MUNICIPALES ! »

Les échéances électorales locales pointent à l’horizon et la question qui a brûlé sur toutes les lèvres jusqu’ici si on sait déjà que du côté du SDF Cyrille GNANG est le candidat déjà déclaré, les candidats du RDPC et du MRC restent attendus. Et c’est en toute fierté que le président de la section RDPC Mifi Centre et actuel maire a déclaré qu’il devra briguer un second mandat à la tête de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er : « Je serai candidat et ensemble nous allons achever les travaux entamés lors du premier mandat parmi lesquels, la construction de l’hôtel de ville. Nous allons y arriver ! »

Flore KAMGA KENGNE

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.