DEUX JEUNES FILLES ENLEVÉES À BAFOUSSAM : LE GOUVERNEUR DE L’OUEST EN APPELLE À LA PRISE DE CONSCIENCE DES RAVISSEURS !

DEPUIS LE 08 FÉVRIER 2018, LE LYCÉE BILINGUE DE BAFOUSSAM, PROCHES ET PARENTS DES ADOLESCENTES MEURENT D’INQUIÉTUDE. Deux semaines et quelques jours sont passées et les nommées YOUGO KAMDEM Morgan et NGAINGNE KAMDEM Ornelle, âgées de 13 et 15 ans respectivement, élèves au Lycée Bilingue de Bafoussam kidnappées au quartier Toungang 4 dans la ville de Bafoussam sont toujours recherchées.

0
815

DEPUIS LE 08 FÉVRIER 2018, LE LYCÉE BILINGUE DE BAFOUSSAM, PROCHES ET PARENTS DES ADOLESCENTES MEURENT D’INQUIÉTUDE.

Deux semaines et quelques jours sont passées et les nommées YOUGO KAMDEM Morgan et NGAINGNE KAMDEM Ornelle, âgées de 13 et 15 ans respectivement, élèves au Lycée Bilingue de Bafoussam kidnappées au quartier Toungang 4 dans la ville de Bafoussam sont toujours recherchées.

« Dans la nuit du 8 au 9 Février 2018, je suis rentré vers 22h 30 et j’ai klaxonné. Les enfants sont venus ouvrir le portail et quand je suis entré, directement les braqueurs sont entrés au nombre de 6 armés et ils nous ont ligoté, nous mettant à plat ventre. Certains étaient masqués et d’autres pas. Ils ont fouillé la maison pour prendre tout ce qu’il y’avait : les Laptops, les téléphones, le peu d’argent qu’on avait à la maison et emporté avec eux un véhicule et mes deux filles. Depuis lors ils appellent tous les jours et demandent les rançons. Ils ont d’abord demandé 20 millions de francs cfa et je leurs ai dit qu’un fonctionnaire comme moi ne peux pas entrer en possession d’une telle somme. Ils sont descendus à 10 millions et je leur ai dit que même cela je n’en ai pas et je leur ai proposé de me battre avec la famille pour leur donner 1 million. Mais depuis ils appellent pour faire le chantage ». Ce récit des faits qui revient sur les circonstances de l’enlèvement est fait ce mardi 20 Février 2018 à l’occasion de la visite du gouverneur de l’Ouest à la famille éprouvée.

AUGUSTINE AWA FONKA IMPLORENT L’AIDE DE DIEU POUR SECOURIR LES ADOLESCENTES.

Toujours dans un pacifisme accentué qui lui est propre, le Gouverneur de la région de l’Ouest a fait recours à des versets bibliques pour amener les kidnappeurs à la raison : « C’est avec le cœur plein d’émotions que je suis venu cet après-midi à votre rencontre pour partager avec vous la douleur. Je voudrais vous dire que je comprend la profonde douleur qui traverse vos cœurs depuis l’enlèvement de deux jeunes filles dans votre quartier par des individus non encore identifiés. Mon émotion est plus grande que celle de certains d’entre vous, vu ma double posture de parent et de Gouverneur de la région de l’Ouest. En tant que parent, je mesure le point de la douleur de la famille KAMDEM à laquelle je tire d’ailleurs un grand coup de chapeau pour la force qu’elle a pu trouver certainement dans la prière et la foi pour continuer à garder l’espoir depuis cette triste soirée jusqu’à ce jour. En tant que Gouverneur, vous comprenez aisément le poids de la responsabilité qui est la notre à mettre en œuvre tous les moyens pouvant contribuer à rechercher et à retrouver saines et sauves nos jeunes filles. C’est d’ailleurs l’une des raisons de ma présence ainsi que celle de tous mes collaborateurs (autorités administratives, responsables des forces de maintien de l’ordre et autorités judiciaires) parmi vous. Nos forces de maintien de l’ordre se sont tous mobilisées et sont sur toutes les pistes pouvant aboutir aux résultats que nous espérons tous. D’ailleurs cet acte qui n’est pas isolé est similaire à un autre qui a eu lieu il y’a trois semaines au quartier Banengo l’expérience de nos forces de maintien de l’ordre et la collaboration des populations ont permis de retrouver saine et sauve après une semaine la jeune fille enlevée du domicile de ses parents. C’est donc fort de cette contribution des populations que j’appelle à la mobilisation de tous à rechercher et à mettre à la disposition des autorités administratives ou des forces de maintien de l’ordre toute information susceptible d’apporter une contribution de recherche. Je voudrais de façon insistante rappeler à chaque habitant du quartier Toungang, et de ses environs qu’il est traditionnellement connu chez nous que l’ennemi ne vient pas de très loin; notre silence fait de nous des complices. M’adressant à ces ravisseurs, je sais que leurs représentants sont parmi nous. Convaincu qu’ils nous suivent directement, ou indirectement, je leurs lance un appel à une prise de conscience exceptionnelle, pendant ce temps de carême, un appel à la repentance pour qu’il libère instamment ces jeunes enfants innocents et inoffensifs qui ne leurs doivent rien. Ces enfants qui doivent rejoindre leurs familles et continuer leurs études et il serait plus facile pour nous de laisser le Saint esprit toucher vos cœurs pendant cette période particulière et de demander pardon à DIEU que de rester éternellement en fuite avec à vos trousses les forces de maintien de l’ordre. En effectuant ce geste mes chers enfants , chers jeunes, ceux qui sont impliqués dans cette affaire, vous deviendrez comme Paul dans la bible qui auparavant reconnu comme un grand persécuteur alors qu’il s’appelait SAUL, s’est transformé en véritable sauveur des âmes après avoir été touché par l’Esprit saint sur le chemin de Damas ».

Sous l’invite de Augustine AWA FONKA, la visite s’est achevée par une prière avec pour objectif de toucher le cœur des ravisseurs pour qu’ils ramènent les enfants.

Flore KAMGA KENGNE

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.