CAMEROUN : PRÉSIDENTIELLE 2018 : LE MELI MELO POST ÉLECTORAL

ENTRE AUTOPROCLAMATION DE LA VICTOIRE, IMPOSTURE ET DÉSINFORMATION, LES CAMEROUNAIS SONT SERVIS...CONTRE TOUTE ATTENTE AU LENDEMAIN DU SCRUTIN PRÉSIDENTIEL, MAURICE KAMTO A MIS LE CAMEROUN EN BRANLE LE 08 OCTOBRE DERNIER.

0
348

ENTRE AUTOPROCLAMATION DE LA VICTOIRE, IMPOSTURE ET DÉSINFORMATION, LES CAMEROUNAIS SONT SERVIS…CONTRE TOUTE ATTENTE AU LENDEMAIN DU SCRUTIN PRÉSIDENTIEL, MAURICE KAMTO A MIS LE CAMEROUN EN BRANLE LE 08 OCTOBRE DERNIER.

Alors que le leader du MRC utilise sa métaphore footballistique pour se déclarer vainqueur de l’élection présidentielle l’ayant opposée à 8 autres candidats, des prétendus représentants de l’organisation Amnesty International déclarent leur satisfécit quant au déroulement du scrutin. Dans la même journée du 09 octobre, tel un pavé dans la marre, les Camerounais sont stupéfaits face à l’annonce de ladite organisation qui déclare n’avoir envoyé aucun observateur superviser l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun.

LEADER DU MRC S’AUTO PROCLAME VICTORIEUX DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Selon l’article 137 du code électoral camerounais, le conseil constitutionnel ARRÊTE et PROCLAME les résultats de l’élection présidentielle dans un délai maximum de 15 jours à compter de la date de clôture du scrutin. Mais contre toute attente, au cours d’un point de presse donné au lendemain de la tenue dudit scrutin, au siège de son parti à Yaoundé (cité-capitale du Cameroun), le candidat Maurice KAMTO, leader du MRC, va tenir des propos qui vont laisser beaucoup de Camerounais et surtout le régime en place dans une situation inconfortable : « Au nom de la coalition gagnante qui s’est formée autour de ma candidature, nos militants, sympathisants et de nombreux Camerounais qui nous attendent, ceci est ma déclaration sur l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun : je voudrai d’emblée remercier solennellement, le peuple Camerounais, qui a une fois de plus, démontré par son vote, sa maturité, sa sagesse, sa force et son engagement en faveur du changement. J’exprime également ma gratitude à l’endroit des militants, des sympathisants et de tous les autres membres de notre coalition gagnante, ainsi que l’ensemble des bénévoles qui ont pris une part active à cette campagne présidentielle historique et sans précédent. J’ai reçu mission de tirer le pénalty historique, je l’ai tiré, le but a été marqué. Je prends à témoin l’opinion nationale et internationale de l’événement historique qui a rendu possible dans notre pays, une alternance démocratique. Camerounaise, Camerounais, vous faites notre fierté. Restez dans la joie, nous sommes profondément attachés à la paix et n’avons cessé de le clamer depuis la création du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun en 2012 et tout au long de la campagne électorale. J’ai reçu du peuple Camerounais un mandat clair que j’entends défendre fermement, jusqu’au bout ! J’invite le président de la République à organiser les conditions d’une transmission pacifique du pouvoir, afin de mettre le Cameroun à l’abri d’une crise post-électorale dont notre pays n’a nullement besoin car, elle compromettrait son avenir. Au président sortant, comme je m’y suis engagé, je lui assure à lui-même et à sa famille, toutes les garanties de sécurité, d’immunité et de respect dûes à son statut et au rang des siens. J’en appelle, au sens Républicain des autorités administratives, des forces de défense et de maintien de l’ordre, afin qu’elles accompagnent positivement, ce moment solennel et historique auquel le peuple Camerounais nous a confié collectivement de façon mémorable. Mes bras leurs restent ouverts pour qu’on œuvre ensemble à la renaissance nationale. En ce moment unique, j’ai une pensée particulière, pour toutes ces femmes et tous ces hommes, jeunes et moins jeunes, qui ont soufferts dans leurs chairs, qui ont échappés à la mort et qui pour certains sont encore en détention pour avoir osé s’opposer aux multiples actes et fraudes orchestrés par le pouvoir et ses agents. Je lance un vibrant appel aux candidats à l’élection présidentielle qui, comme nous, ont œuvré pour un changement dans la paix dans notre pays, à se tenir mobilisés pour défendre en cas de besoin, la volonté d’exprimer leur scrutin du 07 octobre. Mon appel s’adresse également, à toutes les forces politiques, et organisations de la société civile et en définitive aux Camerounais épris de paix et de démocratie. »

Présent à cette conférence, l’ex candidat du Front Populaire pour la Démocratie (FPD), AKERE MUNA TABENG qui a choisi de coaliser avec le candidat du MRC un jour avant la tenue du scrutin, sera également la star des réseaux sociaux le lendemain de la déclaration de Maurice KAMTO. Un message audio et retranscrit saluant la victoire du MRC lui est attribué : « Depuis la capitale du monde, les nouvelles et les résultats en notre possession, donne le candidat Maurice KAMTO, vainqueur des élections présidentielles au Cameroun. Nous voudrons informer les Camerounais qui ne savent pas très bien les rouages de la loi camerounaise que d’après la loi, le décomptage des votes commence à 18 heures et est ouvert au public et, de ce décomptage tout est mis en public donc les résultats aussi sont mis sur la scène publique. Maintenant, la Cour Suprême ou l’instance supérieure valide ou certifie les résultats dans 15 jours. Leur but est seulement de statuer en cas d’irrégularités, s’il faut valider ou invalider certaines zones. Mais ce qui s’est fait de manière publique, qu’on a mis, que le peuple connait, c’est le résultat tel qu’il se doit de manière définitive. Il ne faut plus que le peuple Camerounais se laisse être manipulé par des sous-entendus des procès verbaux et autres. Ce qu’il faut connaître ce que dit la loi camerounaise et ce dont elle statue. Il ne faut plus confondre 1992 et 2018. La différence en 1992 au Cameroun, c’est qu’il n’y avait pas les médias sociaux, il n’y avait pas de téléphones, il n’y avait pas les manières de relayer automatiquement sur la scène internationale, partout ce qui se passe. En 2018, les Camerounais ont tous les moyens dans tous les coins du Cameroun de relayer à l’instant ‘’t’’ immédiatement, les résultats sur le plan mondial de manière que toute personne aux 4 coins du monde peut savoir qu’est ce qu’il en est, quels sont les résultats qui sortent de chaque bureau de vote. Donc, à l’issue de ces résultats collectionnés, le candidat du MRC, en la personne de Maurice KAMTO, devient le troisième président de la République Unie du Cameroun. Nous remercions le seigneur, pour ce miracle. »

Un ‘’fake news’’ d’après le communiqué de Maître AKERE MUNA rendu public sur sa page Facebook ce mercredi 10 Octobre 2018 signé Paul B. MAHEL, porte-parole du bâtonnier AKERE MUNA.

IMPOSTURE D’UN GROUPE D’OBSERVATEURS

La polémique autour des observateurs de Transparency International ne cesse d’enfler les commentaires dans la rue, les médias sociaux et au sein de la classe politique. Ce groupe de personne présenté par une chaîne de télévision parapublique comme des représentants de cet organisme international un jour avant, avait déclaré leur satisfécit quant au déroulement du scrutin avant d’être désavoué par un communiqué publié sur son site. L’organisation internationale de lutte contre la corruption dit qu’elle n’a envoyé aucune mission d’observation au Cameroun pour ladite élection.

Comment ont-ils pu usurper le nom d’un organisme de renom sans être démasqués ? comment s’est faite leur identification ? Seront-ils traduits devant la barre ? Revenant à Maurice KAMTO, jusqu’où ira-t-il avec ses déclarations ? Les Camerounais sont désormais en alerte.

Flore KAMGA KENGNE

Publicités

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.