CAMEROUN : LE DÉBAT SUR LE FRANC CFA INTÉRESSE L’UNIVERSITAIRE

AMÉLIORER LA COMPRÉHENSION DU MÉCANISME DE FONCTIONNEMENT DE LA ZONE FRANC EST L’UN DES OBJECTIFS RECHERCHÉS PAR CE COLLOQUE INTERNATIONAL ORGANISÉ DU 3 AU 4 AVRIL À L’UNIVERSITÉ DE DSCHANG. IL REGROUPE DES CHERCHEURS, DES GESTIONNAIRES, JURISTES, DES POLITOLOGUES, DES ÉCONOMISTES VENUS DU GABON, DU SÉNÉGAL, DE LA FRANCE, ET DU CAMEROUN SUR LE THÈME « LE FRANC CFA EN DÉBAT ».

0
492

AMÉLIORER LA COMPRÉHENSION DU MÉCANISME DE FONCTIONNEMENT DE LA ZONE FRANC EST L’UN DES OBJECTIFS RECHERCHÉS PAR CE COLLOQUE INTERNATIONAL ORGANISÉ DU 3 AU 4 AVRIL À L’UNIVERSITÉ DE DSCHANG. IL REGROUPE DES CHERCHEURS, DES GESTIONNAIRES, JURISTES, DES POLITOLOGUES, DES ÉCONOMISTES VENUS DU GABON, DU SÉNÉGAL, DE LA FRANCE, ET DU CAMEROUN SUR LE THÈME « LE FRANC CFA EN DÉBAT ».

Ce colloque se tient au moment où les fondamentaux de fonctionnement de la zone franc sont de plus en plus discutés tant dans les 15 pays réunis autour de cette monnaie que dans d’autres du monde. Aujourd’hui, les questions sur le choix du régime de change, le contexte juridique des accords, la question de la transformation structurelle, la compétitivité des entreprises, l’attractivité entre autres intéressent plus d’un. Cette coopération monétaire entre la France et ses anciennes colonies suscite des débats controversés. Le débat est centré sur faut-il sortir ou pas de la Zone Franc ?Dans un tel contexte, l’Université de Dschang veut dépouiller toutes les considérations en invitant les universitaires, les chercheurs, les autorités monétaires autour du Franc cfa tout en faisant ressortir des propositions loin du prisme idéologique et émotionnel relatifs aux relations néocoloniales. Selon les organisateurs de ce rendez-vous scientifique, ce colloque vise à permettre aux chercheurs comme praticiens, politiciens, économiques, société civile d’exprimer leur point de vue sur la base d’arguments solides afin d’étayer l’opinion sur cette question fondamentale.

« Nous organisons un colloque sur le Franc pour répondre à une préoccupation de la science. Tout le monde suit depuis quelques années avec grand intérêt dans les médias et dans les réseaux sociaux et même à travers les manifestations dans le monde la passion qui entoure la question du Franc cfa et des 15 pays qui font partie de cette communauté. Le débat c’est faut-il rester après une cinquantaine d’années dans cette entente entre certains pays en Afrique et la France, ou faut-il partir ? Beaucoup d’arguments pour et contre. Et beaucoup de passion. Et beaucoup d’idéologie. Or, l’université a pour rôle d’éclairer la société. Et l’Université de Dschang s’interdit d’être muette quand il s’agit de proposer aux décideurs des solutions scientifiques pour éclairer la décision de plusieurs. Nous avons pris notre rôle à bras le corps, nous avons dit que nous allons aussi entrer dans le débat sans passion avec froideur en disant le Franc cfa, c’est quoi ? Qu’est-ce que nous gagnons à y être ? Qu’est-ce que nous perdons à y être ? Si on fait une analyse coûts-bénéfices, est-ce que les coûts sont en faveur des bénéfices, auxquels cas, on pourrait penser à une position ? Est-ce que les bénéfices sont supérieurs aux coûts, auxquels cas, on pourrait penser à une autre position. Tout ceci se sera sur la base uniquement d’argumentaires scientifiques. Ici, il n’y aura pas d’idéologie. Il n’y a que les faits. Il n’y a que la Science. Il n’y a que la théorie pour éclairer. Je pense que c’est le rôle de l’Université. Et notre université veut être au premier plan pour indiquer la voie à suivre », justifie le Professeur  Roger Tsafack Nanfosso, recteur de l’université de Dschang.

Les travaux de ce colloque était centré sur six grands axes de réflexion : Zone Franc et arrangement institutionnel ;  Zone Franc et compétitivité des entreprises ; Zone Franc sous le prisme de la future géographie monétaire africaine ; Zone Franc, attractivité et résiliences aux chocs ; Zone Franc et développement durable ; Zone Franc et fuite des capitaux.

À la fin des travaux de ce colloque international organisé par le Centre d’Études et de Recherche en Management et économie (CERME) de la faculté des Sciences Économiques et Gestion, la position des universitaires sur le Franc cfa sera mise à la disposition des parties concernées par cet accord monétaire pour exploitation selon les propos du Prof Roger Tsafack Nanfosso, recteur de l’université de Dschang.

Armel Djiogue

 

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.