CAMEROUN : INSÉCURITÉ: 5 PRÉSUMÉS BANDITS AUX ARRÊTS À BAFOUSSAM INTERPELLÉS LES 16 ET 17 JANVIER

INTERPELLÉS LES 16 ET 17 JANVIER DERNIER, CES JEUNES SONT ÂGÉS ENTRE 20 ET 23 ANS. ILS ONT ÉTÉ PRÉSENTÉS À LA PRESSE HIER MARDI 22 JANVIER 2019 À LA BRIGADE DE DJELENG, DANS L’ARRONDISSEMENT DE BAFOUSSAM 2ème.

0
764

INTERPELLÉS LES 16 ET 17 JANVIER DERNIER, CES JEUNES SONT ÂGÉS ENTRE 20 ET 23 ANS. ILS ONT ÉTÉ PRÉSENTÉS À LA PRESSE HIER MARDI 22 JANVIER 2019 À LA BRIGADE DE DJELENG, DANS L’ARRONDISSEMENT DE BAFOUSSAM 2ème.

SOUOP Alain alias “la menace” 23 ans, YONKEU MBIANDA Alex 23 ans, BOUWA TIENTCHEU Marcel alias “Bamenda” 20 ans, DJOKO KUATE Yannel alias “confort” 23 ans  et CHATUE KENGNE Valery alias “signature” 21 ans, sont les 5 présumés bandits aux arrêts à la brigade de Djeleng. Ils ont été présentés hier mardi à la presse par le commandant de compagnie de gendarmerie de Bafoussam 2ème Guillaume ASSALA  qui retrace les circonstances ayant abouties à leur arrestation :

« Depuis un certain temps,  nous avons été saisis par les populations riveraines et avons enregistré plusieurs plaintes  par rapport à un gang qui semait la terreur  dans les quartiers Djeleng, Tougang ville et Tougang village. Avec la collaboration du comité de vigilance,  le renseignement est parti  et ce renseignement nous a permis de mettre la main sur le chef de gang DJOKO KUATE Yannel alias “confort”. C’était le 16 janvier de cette année. Après exploitation, nous nous sommes rendus au domicile de l’intéressé où nous avons saisi une arme de guerre, un pistolet automatique  et  ce dernier a dénoncé  ses complices  qui habitent le quartier Tougang où nous nous sommes rendus avec les différents camarades  et nous avons interpellé 4 autres, ils ont été conduit ici à la brigade de Djeleng».

Un exploit à mettre à l’actif des populations selon le commandant de compagnie en charge de l’affaire :

« C’est l’occasion pour moi de remercier la collaboration des populations  qui au départ étaient réticentes quant à la transmission du renseignement et elles peuvent déjà voir que une fois que le renseignement est donné comme elles ont agi de la sorte, nous avons pu faire quelque chose. Je demande donc à ces mêmes populations de continuer dans le même sens,  afin que nous puissions éradiquer ce phénomène de grand banditisme qui empêche la tranquillité des populations de la ville de Bafoussam. C’est aussi une occasion pour moi de remercier l’autorité judiciaire qui nous appuie dans ce combat en mettant hors d’état de nuire ces malfrats par les procédures que nous transmettons au niveau du parquet ».

À noter que plusieurs curieux présents lors de la présentation de ces présumés malfrats ont reconnu ces visages et selon leurs témoignages, « quand ils volaient même ta moto, ils te demandaient une rançon pour la retourner et lorsqu’ils empruntaient même ta moto à destination, ils déclarent qu’ils ne payent pas et si vous êtes sage ne discutez même pas avec eux parce qu’ils risquent vous laisser dans un piteux état si vous faites le bras de fer avec eux ».

Les objets saisis ont été présentés parmi lesquels, un fusil de chasse calibre 12, un poignard, 2 machettes, deux ordinateurs portable, un pistolet automatique marque 50 l et une clé à molette.

Flore KAMGA KENGNE

Advertisements