CAMEROUN : DÉPUTÉ ET PRÉFET À COUTEAU TIRÉ À FOUMBAN DANS LE DÉPARTEMENT DU NOUN !

0
293

L’HONORABLE TOMAINO NDAM NJOYA PATRICIA HERMINE REPROCHE À DONATIEN BOYOMO D’ABUSER DE SES POUVOIRS POUR SPOLIER LA RÉSERVE FORESTIÈRE DE MELAP ET PIÉTINER LES DÉCISIONS DU MAIRE DE FOUMBAN.

Courroucée, l’épouse du président de l’Union Démocratique Camerounais (UDC), maire de Foumban a fait une sortie musclée vendredi dernier accompagnée de plusieurs élus de l’UDC. L’honorable TOMAINO NDAM NJOYA Patricia Hermine qui s’insurge contre ce qu’elle qualifie d’abus de pouvoir du préfet du Noun, a fait une descente sur les différents sites.

Premier escale, le site de construction d’une salle de conférence de la préfecture de Foumban. Selon les explications de l’épouse du maire, ce site est prévu pour abriter un espace vert : «  Cet emplacement, le maire l’avait prévu pour abriter un espace vert et il devait avec le consentement des députés ériger un monument du cinquantenaire de la jeunesse. Pour nous, il est impératif de respecter le plan d’aménagement de la commune. » 

L’honorable NDAM poursuit en formulant les reproches de la mairie à l’endroit du préfet : « Le préfet n’est pas au dessus de la loi. Il doit servir et non se servir. Le maire a envoyé le matériel pour la construction du monument sus-cité. En l’absence du maire, le préfet a envoyé enlever le matériel et à la place, il trouve que c’est mieux de faire pousser les bâtiments n’importe comment dans la ville sans autorisation et sans au préalable consulter le maire pour trouver un site libre. »

L’épouse du maire de Foumban renchérit : « Ce bâtiment n’est pas public car, il l’est lorsqu’il a été construit en respectant toutes les règles. Ici, aucune règle n’a été respectée. Que ce soit la préfecture ou la mairie, elles n’appartiennent pas au préfet mais aux populations de Foumban et au Cameroun. »

LE PRÉFET ACCUSÉ DE COMPLICITÉ DANS LA SPOLIATION DE LA RÉSERVE DE BOIS DE MELAP

« Tous ceux qu’on interpelle et incarcère suite à la coupe illicite dans la réserve de bois de Melap sont toujours libérés. Ils nous narguent même souvent d’avoir le soutien du plus fort, » déplore un agent du ministère des forêts et de la faune qui a requis l’anonymat. Le plus fort serait le préfet si l’on s’en tient aux plaintes de l’honorable TOMAÏNO Patricia Hermine : « Le bois de la charpente du chantier querellé provient de la forêt de Melap. C’est un désastre ici et les coupes anarchiques y sont orchestrées par ces autorités administratives. Nous ne pouvons pas continuer à accepter cela. »

À l’ouverture de la session ordinaire en cours à l’Assemblée nationale, les députés de l’UDC dans leur déclaration ont saisi l’occasion pour dénoncer une fois de plus « l’abus d’autorité récidivé », soulignent le fait que le préfet aurait dû prendre sa retraite conformément aux textes depuis 2013 et exige son départ avant toute élection : « Nous vous prions de lui permettre de prendre sa retraite avant l’organisation d’élections quelles qu’elles soient ».

Une exigence que les députés de l’UDC justifie par le rôle déclare t’il de Donatien BOYOMO pour favoriser le candidat du RDPC : « …Nous lui avons laissé le champ libre pour après constater à nos dépends qu’en fait il s’agit d’un partisan déclaré qui utilise sa position pour manipuler les procès verbaux ».

Flore KAMGA KENGNE

 

Advertisements

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.