CAMEROUN: Culture Bamiléké: La Queue de Cheval.

0
22

La Queue de Cheval longtemps utilisé dans les cérémonies, les danses…A toujours été l’objet des questions du genre ça veut dire quoi? On fait quoi avec?…Les Réponses entre ces quelques lignes.

La queue de cheval; l’un des symbole culturel chez les Bamiléké.

La symbolique de la queue du cheval en pays Bamiléké est née vers le XVIe siècle à la suite des incursions punitives de la cavalerie guerrière peule, qui les ont notamment forcées à traverser le Noun.

Les Peuls, fervents cavaliers, disposaient de chevaux, ce qui était très étranger aux Bamiléké, qui n’avaient jamais vu un animal transporter un homme et capable de courir à une vitesse déconcertante.

Le cheval était alors considéré comme un animal surnaturel dompté par des individus hors du commun, des extra-terrestres.

Les guerriers Baleng n’avaient jamais eu le courage d’affronter ces cavaliers, car il s’agissait, selon eux, d’animaux et de personnes extraordinaires.

Pourtant, un jour, un homme hardi, armé de courage du fait du massacre de sa famille par les cavaliers étrangers, se résolut à attaquer l’ennemi de front. Il était archer, et dans un guet-apens, il fit trébucher un cheval, tua le cavalier et coupa la queue de la bête.

Quand il se rendit au palais, le Fô n’en crut pas ses yeux : Le courageux Baleng tenait en main la queue du cheval qu’il venait de couper.

Le Fô organisa alors une grande fête pour célébrer la victoire sur l’ennemi, en brandissant la queue de cheval, comme un trophée. L’animal et le cavalier jadis considérés comme surnaturels pouvaient donc être vaincus? La queue du cheval en était la preuve irréfutable !

Depuis lors, le pays Bamiléké décida de faire de la queue du cheval le symbole de victoire: Victoire sur l’ennemi ; victoire sur le désespoir ; victoire sur la mort.

Victoire sur la mort?

Oui, car les Bamiléké, tout comme tout descendant du Nil, ne détestent pas la mort. C’est une descendance qui pleure le disparu, puis fête et célèbre la victoire de la vie sur le trépas, y compris notamment à travers des funérailles commémoratives. Le symbole de la victoire est désormais brandi à toute occasion festive de triomphe : Danses de sociétés secrètes, deuil, funérailles, etc.

La queue de cheval a fait du chemin déjà, et entend rester dans la cosmogonie et la sociologie Bamileke pour longtemps encore.

Source: #laakamfo / Camer Press Agency