Bafia : La mort juste à deux doigts !

Un autre accident de la circulation vient de produire cet après-midi à Bafia, au lieu dit marché du soir. Plus de peur que de mal!

0
634

Un autre accident de la circulation vient de produire cet après-midi à Bafia, au lieu dit marché du soir. Plus de peur que de mal!

Il est environ 15 heures ce 22 Février 2018. Une légère pluie vient d’arroser la ville de Bafia, diminuant ainsi le trop plein de poussière qui la caractérise depuis quelques mois. Un camion semi-remorque de 18 roues appelé vulgairement “plateau” remonte la petite colline juste en face du bar papa Luc, situé au lieu dit marché du soir. Des cris se font entendre pendant une certaine durée et redouble d’intensité juste après un grand bruit semblable à un éboulement de terrain. N’étant pas loin des lieux, nous en rapprocher est notre premier réflexe.

Sur place, c’est un spectacle très fort d’émotion que nous trouvons. Le camion en question a quitté la route pour terminer sa course sur la véranda du bar cité plus haut, détruisant à son passage le petit commerce de poisson braisé de Viviane, par ailleurs épouse du bailleur des lieux. Viviane et son fils cadet sont inconsolables, car les deux étaient là devant ledit camion alors qu’il prenait la direction du comptoir.

Selon un des témoins, le conducteur aurait perdu le contrôle du véhicule et se serait battu sur plus de 30 mètres pour éviter le drame. Mais d’autres qui auraient vu le camion quelques minutes avant disent avoir remarqué que le conducteur ne maîtrisait pas la conduite. Il sera même dit par une tierce personne qu’il s’agit du “motor boy” dudit camion.

Le concerné prendra d’ailleurs la poudre d’escampette juste après son forfait pour sans doute fuir la vindicte populaire ou alors s’échapper se reconnaissant en infraction car n’ayant pas de permis de conduire. Le constat et les enquêtes entreprises nous diront la suite.

Toutefois et quelque soit l’issue de l’enquête, cet accident vient restituer le débat sur la circulation des grands véhicules en journée. Une question qui fait couler assez d’ancre quand on sait également les dégâts et les lourds bilans qui en découlent. Quelle sera la prochaine décision à ce propos?

Éric Ombolo

Advertisements